Camil Paquin: la passion de l’automobile

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Camil Paquin: la passion de l’automobile
(Photo : Bernard Lepage)

COLLECTION. Camil Paquin est un nom bien connu des amateurs de courses des années 60 et 70. Au volant de sa Chevelle SS, le Shawiniganais fut un des pionniers du stock-car au Québec, participant et remportant de nombreuses courses tant au Canada qu’aux États-Unis. Aujourd’hui à 81 ans, sa passion de l’automobile demeure plus vivante que jamais…

«Ici, c’est ma place pour m’amuser», lance Camil Paquin en nous faisant entrer dans un grand garage, un peu en retrait de l’atelier mécanique qui porte son nom dans le secteur Lac-à-la-Tortue. Mais le garage en question ressemble en fait plus à un musée avec les voitures rutilantes qui s’y trouvent.

«Ça, c’est une Vespa 1959 avec un moteur deux temps qui se vendait 900$ à l’époque. C’est l’ancien ministre Pierre Laporte qui en avait acheté une vingtaine pour les revendre au Québec. Il les avait entreposées dans un garage mais le toit s’est effondré. C’est une des rares qui a pu être sauvée», explique l’octogénaire qui remonte patiemment toutes ces autos de collection. «Je refais tout: le moteur, la transmission, le différentiel, les freins. Il y a juste la peinture que je donne à contrat.»

Là, une étrange voiture à trois roues et deux sièges (un en arrière de l’autre) qui ressemble à s’y méprendre à un cockpit d’avion. «Tu ne te trompes pas. La Messerschmitt était fabriquée en Allemagne après la guerre par des ingénieurs qui concevaient des avions. Le modèle 1955 que j’ai, ils n’en ont fabriqué que 90 cette année-là. C’est la plus rare de ma collection», dit fièrement Camil Paquin.

Sous ses doigts experts, une magnifique moto Whizzer Schwinn 1949 est prête à prendre la route. De sa quinzaine de voitures de collection, le Shawiniganais en a cinq d’immatriculées. Quelquefois, il fait de petites balades en ville qui passent rarement inaperçues. À bord d’une de ses trois BMW Isetta des années 1950 par exemple, l’ancien pilote automobile fait immanquablement tourner les têtes. «Le propriétaire de la concession BMW à Trois-Rivières m’a offert 25 000$ mais j’ai refusé. J’en ai déjà revendu mais là, je fais ça pour m’amuser.»

Pour remonter ces voitures rares, Camil Paquin s’approvisionne un peu partout dans le monde pour les pièces: des pistons venus de France ou un Allemand aux États-Unis qui le fournit pour ses autos germaniques.

Le mécanicien participe quelquefois à des expositions d’autos antiques mais plus rarement aujourd’hui. Il a mis plus de 3000 heures à remonter une Ford Thunderbird 1955 avec qui il a remporté le premier prix dans un événement prestigieux au Vermont, aux États-Unis.

Même à 81 ans, l’homme demeure toujours occupé, aidant occasionnellement ses fils à l’atelier mécanique. C’est pourquoi une American Austin 1930, dont le moteur est sur les tablettes, attend encore de passer sous les mains habiles de Camil Paquin pour retrouver vie. «Je fais ça tranquillement, sans me presser. Ça m’amuse à faire ça et bien honnêtement, je n’ai pas de mérite. Ça fait 60 ans que je joue là-dedans», termine le sympathique monsieur.

 

Messerschmitt KR 175

Véhicules tricycles biplaces en tandem construit entre 1953 et 1964 en Allemagne par Fritz Fend. L’abréviation KR est tirée du terme allemand Kabinenroller (scooter à cabine). Le chiffre indique la cylindrée (175 ou 200 cm3). La KR 175 est visible dans le film Brazil ainsi que dans le film La Famille Addams.

 

Vespa 400

Développée par Piaggio , le célèbre constructeur italien des scooters Vespa des années 1950, et sortie en 1957, la Vespa 400 est une voiture compacte comme les affectionnent les Italiens. À l’instar de la Fiat 500, sa compacité, son petit moteur et son encombrement réduit en font une citadine idéale. Propulsée par un moteur deux cylindres de deux temps consommant du mélange, elle permettait d’atteindre une vitesse maximale de 80–90 km/h.

 

Nash Metropolitan

La Nash Metropolitan était une automobile américaine qui fut vendue de 1953 à 1961. À cette époque, elle était classée en tant que «petite automobile» ainsi que «voiture économique».  Environ 95 000 Metropolitan ont été vendus aux États-Unis et au Canada, ce qui en fait l’une des voitures les plus vendues à l’époque, et ses ventes en 1959 ont contribué à encourager General Motors, Ford , et Chrysler a commencé à construire de nouveaux modèles compacts. En 1954, la Nash Metropolitan se vendait 1445$ US et pour 1469$, il était possible d’avoir le modèle convertible…

BMW Isetta

Fabriquée à l’origine en Italie, la voiturette Isetta voit sa licence de fabrication cédée en 1955 à BMW en Allemagne. Les caractéristiques techniques de l’Isetta sont assez inhabituelles. En raison de son ouverture par l’avant, le volant et le tableau de bord sont solidaires de la porte. Le constructeur allemand en commercialisera 161 728 de 1954 à 1962.

 

Source: Wikipedia

 

 

 

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
yves barretteRoger DupontDiane BundockHélène houle Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Hélène houle
Invité
Hélène houle

Je suis très fier de mon oncle Camil il a travaillé toute sa vie et mérite c est belles collections automobiles

Diane Bundock
Invité
Diane Bundock

Super impressionnant bravo

Roger Dupont
Invité
Roger Dupont

Félicitation Camille, pour ta passion et tes projets vont te garder en santé encore longtemps

yves barrette
Invité
yves barrette

j ai acheté une toyota starlette en 1981 neuve d’aiileurs ca etez la seule auto neuve que j ai acheté une tite merveille mais as pres plusieurs milliers de kilometre l a transmission as fait défault et c est grace as camil que elle as repris la route un vrai crack ce msrrrr quand on avais un problemme de transmision les garagistes nous envoyais chez lui y en as pas de meilleurs!!!!!! merci et amuses toi bien encore et encore longue vie as toi et merci bcp!