C’est le temps d’arracher l’herbe à poux

Par Redaction Shawinigan
C’est le temps d’arracher l’herbe à poux

La population et les gestionnaires de grands terrains sont  invités à poser des actions concrètes pour limiter la dispersion du pollen allergène et améliorer la qualité de vie des citoyens allergiques à l’herbe à poux en l’arrachant. Les meilleurs moyens pour limiter les effets à la santé liés à la présence de l’herbe à poux dans notre environnement sont :

  • Pour les petits espaces : arrachez à la main ou déracinez la plante à l’aide d’un outil de jardinage approprié;
  • Pour les grands espaces : tondre la plante au ras du sol à l’aide d’une tondeuse à gazon, à la mi-juillet et à la mi-août, afin de réduire la concentration de pollen dans l’air et les symptômes d’allergie.
  • Une fois arrachée ou tondue, disposez de la plante dans un bac à ordures. Il est déconseillé de composter l’herbe à poux à cause du potentiel de contamination de ses graines.

Très répandue au Québec, l’herbe à poux représente une préoccupation majeure pour le réseau québécois de santé publique depuis un bon nombre d’années. Elle est présente dans l’environnement de mai à octobre et meurt à l’arrivée des premières gelées automnales. Son pollen se déplace dans l’air sous forme de fines particules et entraîne des réactions allergiques chez les personnes qui y sont sensibles, soit une personne sur huit.

Les principaux symptômes pouvant se manifester sont : éternuements, congestion, écoulement nasal, larmoiement et démangeaisons oculaires, en l’absence d’un rhume ou d’une grippe.

Des efforts sont entrepris par le CIUSSS MCQ pour limiter les effets à la santé liés à la présence de l’herbe à poux dans son environnement.

« Une saine gestion et un entretien des terrains, par la tonte fréquente ou un fauchage, à la mi-juillet et à la mi-août, sont un gage de succès pour améliorer la qualité de vie et la santé respiratoire des personnes allergiques à l’herbe à poux. Ensemble, faisons tous notre part pour la santé de la population » indique Karine Martel, conseillère en santé et environnement de la Direction de la santé publique et responsabilité populationnelle du CIUSSS MCQ.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des