«C’est un maudit sale» – Dylan Ricard

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Le jeune garçon de 11 ans a été victime d’un délit de fuite le 7 septembre

Immobilisé dans un fauteuil roulant, Dylan Ricard l’a échappé belle! Le vendredi 7 septembre dernier vers 20h, alors qu’il revenait chez lui à vélo, le jeune garçon de 11 ans a été happé par un véhicule en traversant les feux de circulation, à l’angle de la rue de la Transmission et de l’avenue de la Station.

À LIRE AUSSI: Délit de fuite à Shawinigan

Le chauffard ne s’est jamais arrêté. Ou s’il l’a fait, il n’est pas demeuré sur place, laissant Dylan inconscient au milieu de la chaussée. «C’est un maudit sale, s’exclame en colère le jeune garçon rencontré par L’Hebdo du Saint-Maurice. Ou il était saoul. Ou il était gelé. Ou il textait mais il aurait dû arrêter», poursuit-il sous les yeux approbateurs de sa mère, Sophie Ricard.

Multiples fractures

Dylan est chanceux d’être en vie. En plus de multiples ecchymoses sur le corps, il a subi des fractures au fémur droit et à la cheville gauche. Les médecins lui ont également diagnostiqué une légère fracture du crane. Victime d’une commotion cérébrale, il ne conserve aucun souvenir de l’accident.

Ce qui complique d’ailleurs le travail des enquêteurs puisqu’aucune personne n’aurait été témoin de la scène. C’est une femme arrivée sur lieux probablement quelques secondes après les faits qui a appelé les secours d’urgence vers 20h02.

Les seuls indices dont disposent les policiers sont des morceaux de verre recueillis sur place et provenant des phares de la voiture fautive. Comme cette pièce est maintenant fabriquée en plastique dans les modèles plus récents, cela laisse supposer qu’il s’agit d’une automobile datant de quelques années. Les policiers ont aussi emmené avec eux le vélo ainsi que les vêtements de la victime. Ils seront soumis à l’analyse de spécialistes qui tenteront de déceler des traces de peinture afin de déterminer la couleur du véhicule.

«Je ne veux pas mourir»

Transporté au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, Dylan a rapidement été conduit à l’Hôpital Sainte-Justine en raison de la gravité de ses blessures. «Pour fracturer un fémur, la voiture devait aller vite car c’est l’os le plus dur du corps m’a dit le médecin», explique la mère du jeune garçon, Sophie Ricard. Le siège du vélo a d’ailleurs été retrouvé à plus d’une centaine de pieds du point d’impact.

À l’hôpital, avant qu’on lui administre de la morphine pour soulager sa douleur, le jeune garçon répète sans cesse: «On est où maman? Qu’est-ce qui est arrivé? Je ne veux pas mourir.» Dylan Ricard est demeuré plus d’une semaine hospitalisé à Montréal. Il devra y retourner dans environ trois mois afin de retirer les pièces de métal qui ont été introduites dans sa jambe gauche pour stabiliser le fémur.

Confiné dans un fauteuil roulant, il ne pourra aller à l’école avant le début de l’année 2013. C’est une enseignante qui devra lui donner et expliquer la matière scolaire à la maison. «C’est poche car c’est un petit garçon qui jouait toujours dehors», déplore Sophie Ricard.

Dylan doit également se soumettre à des exercices réguliers (4 exercices à répéter dix fois chacune, trois fois par jour) de physiothérapie. «Nous en avons pour au moins deux ans à retourner à Sainte-Justine pour le suivi», poursuit celle qui doit faire appel à sa voisine lorsque vient le temps de mettre son fils au lit. Elle même est traitée par un psychologue car cet événement l’a énormément troublé et plongé dans un stress dont elle désespère de se sortir.

Toute personne pouvant fournir des informations concernant cet événement est priée de communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des