Christine Beaulieu démystifie Hydro-Québec sur scène

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Christine Beaulieu démystifie Hydro-Québec sur scène
Christine Beaulieu a co-écrit «J’aime Hydro», pièce de théâtre à laquelle elle participe avec Mathieu Gosselin. (Photo : Photo courtoisie)

CULTURE. Christine Beaulieu s’est vue offrir plusieurs opportunités dernièrement, que ce soit au cinéma, à la télévision ou encore sur les planches d’un théâtre non de loin de chez vous. La comédienne, originaire de Pointe-du-Lac, a co-écrit «J’aime Hydro», pièce de théâtre à laquelle elle participe avec Mathieu Gosselin. Elle s’arrêtera au Centre des arts de Shawinigan le 9 mars.

C’est Annabel Soutar, auteure et directrice artistique de Les productions Porte Parole, qui a approché la jeune comédienne avec qui elle avait déjà travaillé.

«Anabel (Soutar) est très convaincante et très brillante. J’ai déjà joué son propre rôle auparavant. Elle se questionne souvent sur des sujets qui touchent la population, sur les enjeux de société et en cherchant sur l’eau, elle a trouvé l’idée d’Hydro-Québec. Elle n’avait pas le temps alors elle s’est dit que moi j’aurais le temps (rires)», raconte Mme Beaulieu.

«J’ai mis les cartes sur table en lui disant que je ne connaissais pas le sujet, que je n’étais pas journaliste et que j’avais certains doutes. Elle a réussi à me convaincre.»

S’en est suivi un travail de recherches, d’entrevues et de rencontres pendant plus deux ans. Travail que Christine Beaulieu a ensuite retranscrit pour en faire un théâtre documentaire.

«Il y a beaucoup de choses importantes derrière Hydro. C’est un accomplissement de notre histoire québécoise. Sur scène, on voit comment Anabel réussit à me convaincre et on me voit foncer dans un milieu majoritairement masculin. Étape par étape, rencontre par rencontre, j’apprends beaucoup et le public apprend également.»

«Je transcrivais chacune de mes rencontres et ça devient une scène. Anabel a ajouté le côté plus personnel. Elle m’a convaincu d’ajouter mes états d’âme pendant le processus et mes émotions au fur et à mesure que mes démarches avançaient.»

Partout au Québec

La pièce déjà très populaire s’est promenée aux quatre coins du Québec. L’actrice et son acolyte occupent la scène pendant 3 heures et 30 minutes.

«Les gens »tripent » pendant plus de trois heures. Personne ne m’a dit que c’était trop long. Je me serais senti malhonnête de livrer tout ce travail en 1 heure et 30 minutes. Ça touche tout le monde, de 7 à 77 ans. C’est un show accessible qui n’est pas plate et qui est drôle. C’est parfois même touchant. On attire des gens qui ne vont jamais au théâtre», confie-t-elle.

Mathieu Gosselin y joue 28 rôles, que ce soit un homme ou une femme, un jeune personnage ou un adulte. Chacune des représentations est même disponible en streaming web.

«J’ai écrit la pièce de façon à ce que les gens puissent l’écouter de chez eux, à la radio via le web. Les gens ont droit à un descripteur avec eux pour expliquer ce qui se passe sur scène. C’est magique d’avoir accès à des auditeurs en dehors de la salle, surtout que c’est un show qui est fait pour tous les Québécois», conclut-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des