Je voulais être Mononc’Yan – Yan Rompré

Par Emilie Tremblay

L’acteur trifluvien, Yan Rompré, a revêtu des habits à carreaux et mis de grosses lunettes sur son nez pendant les quelques mois qu’a duré le tournage du film Dédé à travers les brumes. En effet, pour ce long métrage, il s’est métamorphosé en un membre du groupe Les Colocs, Mononc’ Serge. Une première expérience au cinéma réussi pour ce jeune homme de chez nous.

«C’est fou l’accueil que reçoit le film, constate l’acteur. Pratiquement tout le monde aime le film, et ce, même s’ils ne sont pas de l’époque des Colocs. Les thèmes traités dans le film les rejoignent tous. Je suis tellement content de faire parti de ce projet.»

Il faut dire que son personnage, Mononc’ Serge, n’est présent qu’à quelques reprises dans le film, mais chaque fois qu’elle l’aperçoit, l’assistance ne peut s’empêcher de sourire à cause du look et des mimiques que fait Yan Rompré. «J’ai une de ces grosses paires de lunettes! D’ailleurs, ça me fait penser au moment où nous sommes allés tourner à Baie-Saint-Paul. Nous étions sur la Côte des Éboulements dans la vieille caravane utilisée dans le film par le groupe, quand un des acteurs a constaté qu’il y avait de la fumée et qu’on manquait de freins. Je criais : Je ne veux pas mourir avec ces «barniques» sur le nez et ce costume sur le dos!»

Pour aller chercher la couleur de Mononc’ Serge et la transmettre au grand écran, Yan Rompré a été voir en spectacle l’artiste toujours actif. De plus, il a véritablement appris à jouer de la contrebasse pour les bienfaits du film. «Maintenant, je suis capable de jouer la chanson «Julie»! J’ai voulu capter l’essence du personnage et lui rendre hommage. C’est toujours plus difficile quand ce dernier est encore vivant.»

Il faut dire que le véritable Mononc’ Serge n’a pas voulu apporter sa contribution au film, ce qui fait en sorte que Yan et lui n’ont pas pu se rencontrer.

Des thèmes universels

L’acteur souligne que le film traite de sujets universels dans lesquels il s’est lui-même retrouvé. «Au moment où Dédé quitte le Lac-Saint-Jean vers Montréal, je me suis revu quand je suis parti de Trois-Rivières pour m’installer à Montréal dans mon petit appartement en me demandant : Qu’est-ce que je fais ici.» Chose certaine, Yan Rompré ne doit pas regretter d’avoir fait ce choix. Du moins, c’est ce que laisse sous-entendre l’excitation pressentie dans sa voix lorsqu’il parle du tournage du film. «Sur le plateau, on avait vraiment une belle chimie, raconte-t-il. Même après des journées de 16h de tournage, on allait prendre un verre ensemble. Il faut dire que certains acteurs sont venus de l’extérieur pour participer au film, tels que Dimitri Storoge de Paris et Joseph Mesiano de New York. D’ailleurs, ce dernier ne parle pratiquement que l’anglais, mais moi je lui parlais juste en français. Il ne me comprenait presque pas. Un peu plus tard, le personnage que joue Joseph, Mike Sawatzky, m’a raconté qu’à l’époque, Mononc’ Serge ne lui parlait aussi qu’en français et qu’il avait aussi peine à le comprendre.» Plusieurs scènes mettant en premier plan le groupe ont toutefois dû être coupées au montage. Tout de même, cette première expérience au cinéma ne sera certes pas la dernière pour l’acteur: Yan Rompré est actuellement en pourparlers pour participer à un second long métrage. Une carrière à suivre pour ce Trifluvien d’origine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires