La condition masculine selon Louis Desaulniers

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Trente-huit tableaux – toujours humoristiques, parfois cinglants – illustrant les travers et les états de l’Homme masculin. Deux ans après son décès, Louis Desaulniers a réussi son pari de faire sourire et réfléchir les gens venus assister au vernissage de l’exposition Voici l’homme.

Le peintre shawiniganais ne portait qu’occasionnellement la cravate mais c’est cet objet, symbole typiquement masculin s’il en est un, qu’il a choisi pour donner son interprétation du macho, de l’intégriste, de l’énervé, du syndiqué, du marié, de l’infaillible, du gars de chars, du provocateur, du prétentieux, etc. Trente-huit variations sur le genre humain qui esquissent invariablement un sourire chez celui qui interroge la toile. «C’est différent mais en même temps semblable à l’individu qu’a été Louis Desaulniers», a témoigné Denis Charland, des Éditions d’art Le Sabord, qui l’a bien connu en tant qu’artiste mais aussi en tant qu’élève alors que le Shawiniganais agissait comme professeur à l’UQTR. «Il a toujours eu cet aspect critique chez Louis Desaulniers. Il était un homme sarcastique qui interrogeait beaucoup les comportements humains. On retrouve toutes ces qualités dans les trente-huit tableaux.»

Ses deux fils, Daniel et Pierre-Louis Desaulniers, étaient tout aussi emballés même s’ils avaient déjà vu plusieurs des toiles dans l’atelier de leur père. «Le coup d’œil n’est pas le même lorsqu’elles sont rassemblées dans une salle d’exposition», a relaté Daniel, un musicien qui habite aujourd’hui Montréal. «Ce sont des tableaux qui lui ressemblent parce que c’était un homme qui avait beaucoup d’humour mais en même temps, c’est très différent parce que cet humour n’avait jamais transparu dans ses toiles», a témoigné pour sa part Pierre-Louis.

Maître dans le domaine, tout le talent de coloriste de Louis Desaulniers est intégré dans Voici l’homme, une exposition redoutablement efficace dont la simplicité et l’humour devrait intéresser un public plus large que celui qui fréquente habituellement les expositions. Les acryliques qui composent l’exposition Voici l’homme ont été réalisés entre 2002 et 2005. L’exposition devait initialement être présentée dès 2005 mais les problèmes de santé du peintre puis éventuellement son décès en 2006 ont évidemment mis l’événement sur la glace. Voic l’homme est présentée jusqu’au 9 novembre dans les deux salles du Centre d’exposition Léo-Ayotte, dont bien sûr celle qui porte désormais le nom de Salle Louis-Desaulniers, au premier plancher du Centre des arts de Shawinigan.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires