La course à pied: un sport contagieux

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
La course à pied: un sport contagieux

COURSE. Peu importe le secteur de Shawinigan où nous vivons, chaque jour, qu’il pleuve, qu’il neige, que ce soit une canicule ou non, nous voyons des dizaines et des dizaines de personnes courir. La course n’a jamais été aussi populaire qu’en 2015 en région. TC Media a rencontré le président du Club de course Milpat, Denis Lacombe.

Le Club de coureurs sur route Milpat de la Mauricie célèbre cette année sa 35e année d’existence, et il compte 320 membres. La particularité de ce club c’est qu’il est associé à tous les organismes de courses en région. «Nous avons vu la vague de popularité de la course revenir en 2005, et ça concorde avec le lancement des courses de la Série du diable, exprime Denis Lacombe. On avait vu un gros boum en 1979, l’année du lancement du Marathon de Montréal, et cette popularité est de retour.»

Comment s’explique cet engouement de masse pour la course à pied? «Premièrement, nous sommes dans une société où le bien paraître est très important. Surtout chez les femmes, affirme le président. Il n’y a jamais eu autant d’articles pour la course, et ils sont de plus en plus stylisés. Deuxièmement, l’arrivée des réseaux sociaux a facilité les inscriptions puisqu’il s’agit d’un outil important pour les clubs. Ça peut maintenant ne rien coûter pour promouvoir un événement. Avec Facebook, les gens ont le sentiment de partager leur réussite individuelle à un groupe. Mais sans aucun doute, le gros impact a été avec la création de la Série du diable. À tous les mardis de l’été, il y a une course, que ce soit à Shawinigan, Saint-Tite, Louiseville ou Trois-Rivières. Toutefois, on commence à voir une saturation concernant les inscriptions. On pense qu’on est rendu au sommet en raison du nombre de courses qui existent.»

Autre élément qui contribue à l’essor de la course est le peu de dépenses que l’activité engendre. «Ce n’est pas une activité qui prend énormément de temps puisqu’on peut planifier son horaire en conséquence, ajoute M. Lacombe. Nous sommes dans une société qui demande une performance partout, dans les relations, au travail, etc. Alors la course à pied est une bonne façon de libérer le stress. Aussi, les gens n’ont pas besoin d’engager une gardienne pour les jeunes enfants. Ils peuvent les mettre dans une poussette pour courir.»

Données intéressantes

-60% des participants aux différentes courses sont des femmes.

-Les femmes préfèrent courir en groupe.

-Les hommes préfèrent courir en solitaire.

-Malgré l’augmentation du nombre de coureurs, les performances sont moins bonnes en raison de la masse du peloton.

Consignes pour les débutants

1-Être conseillé pour l’achat des souliers

2-S’informer en lisant sur la façon de commencer à courir

3-Se fixer de petits objectifs

4-Ne pas croire qu’on peut courir de grandes distances sans s’essouffler

5-Sur de plus longues distances, être capable de parler sans être essoufflé

6-L’importance de connaître ses limites

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires