La course de motoneige, une passion familiale

Par superadmin

Fils de Jean Lesieur, Jocelyn suit les traces de son père et récolte les honneurs dans les différentes courses de motoneiges du circuit SCM (Super Compétitions Motorisées). Âgé de 27 ans, le pilote de Shawinigan se distingue dans la catégorie 440 vintage où il a remporté les deux épreuves auxquelles il a pris part cette saison.

L’histoire d’amour entre lui et les sports motorisés ne date pas d’hier. Depuis son jeune âge, il participait régulièrement à des courses de karting et de speedway (discipline se pratiquant sur une piste ovale courte en terre battue. Les motos n’ont ni freins ni amortisseurs et ont été conçues pour les virages à gauche seulement. Ces machines sont propulsées par des moteurs monocylindres quatre-temps fonctionnant au méthanol). Toutefois, une sérieuse blessure à la cheville a mis fin à cette activité qu’il qualifie désormais de dangereuse. Depuis ce temps, il se consacre uniquement à la motoneige.

Le pilote de Shawinigan a d’ailleurs remporté le Championnat de la série Eastern pro tour au guidon d’une Chaparral 440 appartenant à Michel Babeu. Ce bolide, qui peut atteindre jusqu’à 160 km/h, coûte tout près de 30 000$ une fois les modifications effectuées. «C’est très dispendieux. Il est pratiquement impossible de vivre uniquement de la course, à moins d’avoir de solides commanditaires. Peu de gens peuvent le faire, sauf Jacques Villeneuve oncle, qui a la chance de profiter d’une grande histoire familiale», relate-t-il.

Pour lui et son père, la disparition du Grand-Prix de Shawinigan signifie la fin d’un évènement sans pareil. «Le circuit de Shawinigan-Sud était très rapide avec des vitesses de pointe pouvant aller jusqu’à 140 km/h. Chaque circuit a ses forces et ses faiblesses, mais j’aimais particulièrement celui de Shawinigan-Sud, car c’est chez nous, mais aussi pour ses commodités. L’hôtel est situé à seulement quelques minutes, les pilotes pouvaient s’y rendre à pied. L’ambiance près du circuit était vraiment bonne. Malheureusement, ils ont manqué de bénévoles et la rentabilité n’y était plus. Nous nous croisons les doigts et espérons un retour éventuel du Grand-Prix dans les prochaines années», a-t-il conclu.

Véritable assoiffé de course, Jocelyn participe à l’occasion à la catégorie Vintage 800 au guidon de sa 440. Le résultat est impressionnant, lui qui a terminé 2e à Valcourt. L’an prochain, il participera à la course d’Eagle River, un circuit indépendant. Des ennuis mécaniques l’ont empêché de prendre part à l’évènement la saison dernière. D’ici là, Lesieur se concentre sur les deux dernières épreuves de la saison qui auront lieu à Eganville (Ontario) ce week-end et à Roberval les 14 et 15 mars. Rappelons que la saison de son père a pris fin abruptement lors d’une collision avec Jacques Villeneuve oncle. Toujours ennuyé par une blessure à l’épaule, le pilote de 55 ans envisage désormais accrocher son casque.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires