Les Daviault réaliseront un rêve ce week-end

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette

Suivez Jonathan sur Twitter @JCossette77

CLASSIQUE. Yannick et Gaétan Daviault rameront à bord de l’embarcation 919 lors de la 81e Classique internationale de canots de la Mauricie. Adepte du sport depuis maintenant trois ans, le duo père-fils entend viser un top 25.

Gaétan Daviault, 53 ans, était un amateur de la Classique année après année et en avait même fait une activité familiale.

«Ça fait une vingtaine d’années que nous allions voir ça et chaque fois que je voyais passer les canotiers sur la promenade du Saint-Maurice, j’en avais des frissons. Je me disais que j’aimerais faire ça et c’était un rêve que j’avais en tête. Après, je me suis dit »bien pourquoi pas? » et c’est là que nous avons commencé à nous entraîner pour y participer», lance d’abord le paternel.

«Au début, nous étions plus gênés d’aller dans les courses parmi tous les habitués. Nous avons gagné en expérience et puis nous avons changé notre embarcation cette année. Nous avons tout de suite constaté les résultats et on se débrouille très bien maintenant», ajoute-t-il.

De son côté, Yannick, 27 ans, n’a pas hésité à faire en sorte que le rêve de son père se réalise.

«En juin 2012, je me suis dit allons-y! Nous étions un peu à la dernière minute et on ne savait pas dans quoi on s’embarquait. Puis lors de la 79e Classique de canots, ce ne fut pas très concluant. Par contre, on s’était dit que nous n’abandonnerions pas, quoi qu’il arrive. On savait que c’était un gros défi, mais on voulait l’essayer.»

«Lors de la première étape, nous étions derniers. Et un moment donné, nous nous sommes retrouvés seuls. On ne savait pas où aller, car on manquait d’expérience. À la mi-course, nous avons été disqualifiés, mais nous n’avons jamais abandonné. Ce fut les huit plus longues heures de canot de notre vie», lance-t-il en riant.

«Puis l’été dernier, nous étions prêts pour y participer, mais j’ai été appelé pour aller en Espagne tout juste avant la Classique. Alors cette année, nous sommes plus que prêts! Nous avons fait plusieurs courses sur le circuit provincial. Nous avons investi dans un bien meilleur canot et depuis, nous nous maintenons dans le milieu peloton.»

Un top 25 serait espéré pour les Daviault ce week-end.

«Ça va être une belle expérience père-fils! D’abord, ce sera tout un feeling de terminer la course avec mon père. Un top 25, ce serait le fun! J’ai hâte que mon père réalise son rêve. Il m’a toujours confié qu’il espérait faire ça un jour. Et je me suis dit que ce n’était pas quelque chose d’inaccessible.»

«Dans le fond, plus qu’on participe à des courses, plus que nous avons du plaisir. On veut peut-être même essayer la grosse course du Michigan l’an prochain. Il s’agit de ramer 16h en ligne! Mon père m’a toujours appuyé dans tout ce que je fais alors je vais avoir le sentiment du devoir accompli si je peux réaliser un de ses rêves.»

Le duo père-fils pratique plusieurs sports ensemble, dont le Dek Hockey et le CrossFit. Chaque semaine cet été, ils ont pratiqué une dizaine d’heures en moyenne lorsque c’était possible, en plus de leurs participations des courses sur le circuit provincial.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires