Sylvie Lacoursière, profession : «Fée des étoiles» !

Par superadmin

Elle porte une élégante robe blanche, un diadème, de longs gants blancs et sa légendaire baguette étoilée. Vous l’avez sans doute croisé lors d’une visite à la Plaza de la Mauricie de Shawinigan. Eh oui, il s’agit de la Fée des étoiles (la vraie) qui vient accueillir les jeunes pendant un mois chaque année. À coup de douces paroles et de caresses, elle accompagne les tout-petits, mais aussi les plus grands en vue de leur rencontre avec le Père Noël depuis 33 ans. Elle, c’est Sylvie Lacoursière alias «La Fée des étoiles», qui est maintenant âgée de 54 ans!

Pas d’âge pour donner de l’amour

«J’ai débuté ce passe-temps par hasard. Une voisine à moi, Mme Rivard, m’a dit qu’on cherchait une fée à la Plaza et elle me voyait bien remplir ce rôle. Avec mes cheveux blonds et ma facilité à communiquer avec les tout-petits, j’ai tout de suite obtenu le mandat», se rappelle avec plaisir Mme Lacoursière.

Maintenant âgée de 54 ans, la dame ne fait pas son âge et ses vêtements ont de quoi faire pâlir toutes les princesses de ce monde. Toujours bien mise, coiffée et maquillée, la fée répand le bonheur à coup de baguette magique comme aux premiers jours de ses vingt ans. Si ladite baguette est demeurée la même depuis son arrivée au Royaume du Père Noël, ses robes, elles, ont été nombreuses. «J’ai dû en enfiler une bonne douzaine! Que voulez-vous, la silhouette change avec le temps», indique la Fée avec humour. Quant à son fidèle acolyte, monsieur le Père Noël, seulement deux hommes ont occupé ce poste aux côtés de Mme Lacoursière dans le Royaume. «Le premier monsieur Noël a dû rester quelque chose comme 21 ans et celui avec lequel je travaille présentement est avec moi depuis une douzaine d’années. Ce n’est pas si pire, hein?», mentionne-t-elle fièrement.

Pourquoi persiste-t-elle à remplir ce rôle depuis toutes ces années? «Eh bien, je me sens à l’aise avec les jeunes. J’ai encore tant d’amour à donner… J’aime parler et cajoler les tout-petits, prendre les poupons dans mes bras et tout. Je pense que je viens combler un manque. Je suis due pour être grand-mère, je le voudrais tant. Mais, mes enfants (un garçon et une fille) n’ont pas encore eu d’enfants à leur tour», déclare la Fée. Elle dit donc profiter de chacun des moments avec les petits visiteurs qui viennent à la Plaza dans le temps des fêtes.

«Pour Noël, je veux…»

Dans son rôle de Fée des étoiles, Sylvie Lacoursière est le premier contact de l’enfant avec les personnages du Royaume du Père Noël. «Je les accueille et je les prépare, eux et leurs parents, à leur rencontre avec le Père Noël. Parfois, je les renseigne, d’autres fois je les rassure, bref je les rends à l’aise en vue de leur visite», indique la dame qui fait toujours preuve de tendresse et d’ouverture.

Elle souligne qu’autant les enfants que leurs parents ont des demandes à adresser au Père Noël. Si plusieurs cadeaux sont d’ordre matériel, certains souhaits touchent les relations humaines. Ceux-là sont toujours plus attendrissants.

«Certains jeunes vont demander qu’un de leur parent revienne à la maison ou que la maladie d’un proche soit guérie», indique la Fée des étoiles qui se surprend alors à éprouver une grande sympathie pour les visiteurs. «Parfois aussi, il arrive que le Père Noël et moi, on doive faire preuve d’ingéniosité pour faire comprendre que tel cadeau matériel ou tel souhait très précis risque de ne pas se produire. Toutefois, il faut préserver la magie des fêtes et user de tact pour ne pas décourager les jeunes», ajoute-t-elle.

Un lien de confiance

Si le rôle de Fée des étoiles confère à Mme Lacoursière une relation privilégiée avec les jeunes, son expérience et sa longévité rendent aussi le lien entre les visiteurs et Mme Lacoursière d’autant plus spécial. «Certaines personnes m’accrochent dans le Centre commercial pour me dire combien elles trouvent extraordinaire que je sois encore la Fée de leur jeunesse. D’autres fois aussi, les enfants de jadis sont devenus des parents et ils amènent leurs enfants me voir à leur tour. Ça, c’est très spécial!», mentionne la dame.

Au chapitre des moments marquants, il y a la visite de ce poupon de deux semaines que ses parents ont amené au père Noël ou cette autre visite d’une dame de 98 ans en fauteuil roulant qui désirait tant avoir un entretien avec l’homme au bonnet rouge.

«Il y a toutes sortes de gens qui manifestent le désir de parler ou d’être à proximité du Père Noël et nous ne refusons personne au Royaume. On leur donne même un toutou et un biscuit en prime», indique la Fée qui se désole de constater souvent que des visiteurs devront passer Noël en solitaire.

Quand la fée rencontre l’amour

De son côté, la Fée des étoiles a rencontré, Serge Massicotte, son prince charmant dans le cadre de ses fonctions. «J’ai rencontré mon mari pour la première fois en 1989. J’étais justement au Royaume du Père Noël de la Plaza et il y était photographe», se souvient Mme Lacoursière.

Le courant a tout de suite passé entre les deux tourtereaux qui sont aujourd’hui toujours ensemble après 23 ans de vie commune. «Il avait l’air gentil et il me parlait de plein de choses. Je me rappelle que mon petit cœur battait très fort en sa présence. Nous ne nous sommes fréquentés qu’une fois les fêtes passées», précise celle qui a ensuite donné naissance à une fille deux ans plus tard.

La quinquagénaire croit que rien n’arrive pour rien et souligne que Serge et elle apprécient beaucoup raconter aux autres la charmante histoire de leur rencontre à la Plaza. «Les gens aiment bien entendre notre petit récit et ils trouvent ça très mignon!»

Anecdote

Dans un autre ordre d’idée, il y également cette fois où la Fée «s’est évadée du Royaume». «Un jour où je terminais ma journée au centre commercial, je me suis dépêchée de me changer et d’aller faire des courses. Une fois rendue à la boucherie, je me fais dévisager par les clients, mais je n’en ai pas fait de cas me disant qu’ils doivent trouver ma coiffure et mon maquillage élégants, sans plus.»

«Je suis restée dans cette idée jusqu’à temps de voir mon reflet dans le rétroviseur de ma voiture. J’ai alors remarqué avec stupéfaction que mon diadème de Fée était resté sur ma tête», se remémore la Shawiniganaise en riant.

Et quand la Fée des étoiles compte-t-elle ranger son diadème et sa baguette magique? «J’ai encore du plaisir à donner de l’amour et de l’attention aux gens. Je pense que je vais rester au moins jusqu’à temps de devenir grand-mère. Après, on verra…», conclut Mme Lacoursière.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires