Tout simplement Pi-é!

Par Antoine Tremblay

Pi-é avait l’ambitieux projet d’obtenir 10 000 clics en 48 heures pour la vidéo de son nouvel extrait qu’il a diffusé sur le réseau youtube. Il peut maintenant passer à autre chose puisque ce défi est relevé.

Dans les faits, si la pièce Ce soir a facilement atteint l’objectif voulu, tout près de trois semaines après sa mise en ligne, celle-ci franchit presque les 50 000 écoutes.

Le jeune homme voit loin et carbure à l’ambition. «Je sais que je vais toujours en vouloir plus. Au début, je me dis que ce doit être fou d’avoir une centaine de visionnements en une semaine. Quand je l’ai obtenu, je repousse la limite encore plus loin», avoue-t-il.

Pi-é, de son vrai nom, Pier-Alexandre Auger Matteau fait dans la chanson depuis environ quatre ans. C’est par hasard qu’il s’est lancé dans ce domaine artistique. «J’ai écrit ma première chanson "Sans père" qui est une chanson qui parle de mon enfance. Mon meilleur ami m’a inscrit à secondaire en spectacle sans m’en faire part. J’ai participé et j’ai remporté le concours avec cette chanson, explique le jeune homme. À partir de ce moment, j’ai su que j’aimais la musique.»

S’il a commencé par un style plutôt rap, Pi-é se dirige désormais vers une musique davantage pop-électro. «Ce que je fais, c’est un produit destiné à la vente. Il y a des artistes qui croient que c’est de la prostitution musicale, mais ça ne me gêne pas de le dire.»

L’artiste de 18 ans compose ses chansons, la musique, il enregistre, mixte et masterise toute sa production chez lui, dans son garde-robe, révèle-t-il en souriant. «Les paroles de mes compositions, c’est ma vie. Je n’invente rien. C’est tout ce qui m’arrive. C’est mon quotidien. C’est juste moi! Je pense que quelquefois je me tire dans le pied parce que j’expose ma vie personnelle, mais je ne m’en fais pas avec ça», affirme-t-il confiant.

Son premier album, sorti en novembre 2010, roule relativement bien et comporte plusieurs duos avec de jeunes artistes régionaux. Selon Pier-Alexandre, l’ascension de ses vidéoclips sur le réseau internet est impressionnante. «Pour la chanson Célibataire on parle de près de 80 000 écoutes. Sur internet, c’est facile de rejoindre les jeunes.»

Son deuxième sera différent, plus moderne, plus rythmé avec quelques collaborations, dont une confirmé avec le duo Tério et Fly. Pi-é garde bien le secret de dire ce qui s’en vient pour lui, mais à l’écouter, on comprend qu’il aura une plus grosse équipe derrière lui pour ce deuxième opus. «J’ai de très gros objectifs. Côté des relations, j’ai les moyens de viser beaucoup plus haut. Mon nom au Québec est fait. Le marché québécois est relativement acquis. Je veux développer plus. On veut s’attaquer à un autre marché qui est très réceptif. Le franglais (chanson comportant des couplets en anglais et en français) va chercher le rythme américain avec toute la couleur de la langue française», avance Pier-Alexandre.

«Il n’y a pas beaucoup de gens qui oeuvrent dans mon style. Je m’informe beaucoup sur les autres artistes. Il n’y a rien que je n’écoute pas. J’aime beaucoup le country. Chaque style à une richesse incroyable. Si c’était juste de moi, je ferais un album de plusieurs styles différents», admet-il.

Pier-Alexandre gère bien le succès, mais il confirme qu’il restera toujours le même petit gars de Shawi. Produire n’est pas un travail pour lui, mais une passion. «J’adore être en studio, mais j’aime la business. C’est difficile, mais j’apprécie la négociation avec les gens. Ça m’impressionne de voir que les choses ne fonctionnent pas toujours comme on le croit!»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires