Un sentier longue randonnée en Mauricie

Chaque année depuis 1998, le Parc national attend les amateurs de plein air avec son sentier pédestre de 75 kilomètres, un défi de taille pour tout randonneur. Le sentier Laurentien prend place au cœur de la forêt, dans l’arrière-pays du Parc national de la Mauricie.

À sens unique et en autonomie complète, le sentier Laurentien accueille chaque année environ 250 randonneurs. «La majorité des gens font le parcours à deux ou à trois, et environ 20% font le trajet seul», mentionne Daniel Landry, gestionnaire à l’expérience des visiteurs au parc national, en précisant que chacun est responsable de sa propre sécurité.

Dans un secteur éloigné, en plein cœur de la nature, ce trajet longue randonnée propose une expérience hors du commun et s’adresse à des personnes en bonne condition physique. En fait, chaque départ est planifié en fonction que chacun soit seul dans son parcours. «C’est surtout pour une classe de personnes en bonne condition physique. Ce n’est pas un sentier facile, même pour les gens qui sont habitués de marcher, explique M. Landry. Il y a aussi le fait que les randonneurs sont en autonomie complète pendant quatre à cinq jours. C’est aussi ça le défi, d’être autonome et d’alléger son sac à dos puisqu’il faut le traîner.»

Randonneur expérimenté, Rémy Gélinas a traversé le sentier Laurentien à deux reprises, en 2007 et 2008. «Pour moi, c’était surtout un défi, un «trip» de partir à l’aventure pendant 75 km dans le bois, sans commodités, sans accès à rien. C’est vraiment l’occasion de se retrouver seul dans la nature, à la merci de tout, la température, etc.», lance-t-il. À l’exception de la longue randonnée, ce secteur du parc national n’est utilisé pour aucune autre activité. Neuf sites de camping sauvage, distants de sept à 10 km, sont aménagés le long du sentier. Cependant, il est interdit d’y faire des feux. «Il faut être relativement débrouillard car il faut se faire à manger, monter une tente, et de débrouiller seul en forêt», raconte Rémy Gélinas.

Malgré son niveau de difficulté, le sentier Laurentien offre un paysage exceptionnel, avec ces nombreux lacs, sa végétation diversifiée, sa faune très présente et ses points de vue en altitude. «C’est vraiment une expérience particulière, le fait de vivre en harmonie avec la nature, la tranquillité et le plein air», ajoute le randonneur.

Une bonne préparation

Avant de se lancer dans cette aventure, une bonne préparation s’impose. Par exemple, il faut planifier ses bagages en fonction qu’il faudra les traîner pendant les quatre ou cinq jours de la randonnée.

«Quand une personne appelle pour faire le sentier, on vérifie ses antécédents, ce qu’elle a déjà fait au niveau longue randonnée. Ça nous aide à voir si elle sera en mesure de partir sans crainte. Sinon, on propose de commencer par le sentier des Deux-Criques, une boucle de 17 km au début du Laurentien», mentionne M. Landry.

On suggère aussi d’apporter une trousse de premiers soins ainsi que des provisions pour une journée supplémentaire, on ne sait jamais! «On se passe des commodités, par exemple un oreiller, on amène le strict minimum, explique Rémy Gélinas. Pendant nos deux excursions, nous avons utilisé de la nourriture déshydratée, traité l’eau avec Pristine, etc.», note Rémy Gélinas.

Poster un Commentaire

avatar