Factrie 701 : un lieu de création insoupçonné

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Factrie 701 : un lieu de création insoupçonné
Danielle Julien, dans son atelier à Factrie 701. (Photo : courtoisie - Christine Berthiaume)

ARTS.  Témoignage de son effervescence avec l’événement estival Interzone au centre-ville,  le milieu des arts visuel à Shawinigan vient de s’incarner encore un peu plus avec la création récente de Factrie 701, un atelier et galerie d’art aménagé dans l’ancienne usine de l’Empire Shirt, dans le secteur Grand-Mère. 

Factrie 701, c’est d’abord et avant tout la volonté de Danielle Julien, une artiste peintre qui y a installé son atelier il y a déjà seize ans. Aujourd’hui, plus d’une trentaine d’artistes professionnels en ont fait leur espace de création et de vie aussi puisque certains y habitent en permanence.

Artistes en arts visuels et multidisciplinaires, photographes, musicien, restauratrice d’œuvres d’art y évoluent déjà depuis quelques années sans que les résidents du secteur n’en aient trop connaissance, une relative discrétion que la fondatrice désire maintenant lever.

« Ça fait déjà une dizaine d’années que la Factrie existe de façon informelle, mais à l’insistance des jeunes qui travaillent ici, on a décidé de former officiellement un OBNL en 2022. L’espace est maintenant géré par un conseil d’administration et ça ne repose maintenant plus sur moi », explique Danielle Julien rencontrée dans son atelier occupant une partie du 1er étage de l’ancienne manufacture de chemises.

Tout cet immense plancher à aire ouverte est partagé avec une dizaine d’artistes ayant chacun son espace de création. Au 2e étage, une quinzaine de lofts sont occupés par des artistes. Certains comme le photographe Jean-Jacques Ringuette bénéficie d’une renommée internationale, lui qui participera avec l’artiste Evergone à une exposition rétrospective au Musée des beaux-arts de Montréal en 2023.

Culture Shawinigan y a même son propre appartement. Le créateur atikamekw Jacques Newashish y a vécu quatre mois l’automne dernier pendant la préparation de son exposition au Centre des arts de Shawinigan. Au rez-de-chaussée, la photographe Christine Berthiaume et l’artiste peintre Devon Griffiths partagent un local.

Le lieu suscite indéniablement un engouement dans le milieu des arts régional puisque Danielle Julien doit même gérer une liste d’attente. « Une partie du rez-de-chaussée sert à entreposer des voitures. C’est un espace qui pourrait accueillir d’autres créateurs », rêve celle dont la mère et les tantes ont travaillé à l’Empire Shirt. « Le nom Factrie vient de la chanson de Clémence Desrochers, mais c’est aussi comme ça que les gens de Grand-Mère qui travaillaient ici appelait l’usine. » 

Un potentiel à exploiter

L’immeuble appartient à un Montréalais, mais c’est Danielle Julien qui voit à sa gestion au jour le jour. Sur le marché présentement, l’artiste souhaite qu’un investisseur de la région s’y intéresse pour que le lieu puisse se développer à son plein potentiel, un peu à l’image de l’Atelier Silex à Trois-Rivières aussi  installé dans une ancienne bâtisse industrielle.

Avant même sa transformation en OBNL, Factrie 701 proposait des ateliers de dessin (portrait et modèle vivant nu), des 5 à 7 culturel, des conférences autour d’un artiste venu présenter son œuvre et sa démarche artistique, des projections de documentaires d’art, etc.

Dans les prochaines semaines, quelques travaux seront réalisés au 1er étage pour le transformer partiellement en galerie en vue d’expositions événementielles.  Un mur y sera notamment érigé pour y accrocher des œuvres. « On veut garder l’espace ouvert, mais en ajoutant des murs amovibles, on va pouvoir présenter des expositions de nos membres, mais aussi des artistes de l’extérieur », explique l’artiste dont les œuvres sont présentées à la Galerie L’Harmattan, à Baie-Saint-Paul dans la région de Charlevoix.

« Pour moi, c’est très stimulant ce nouveau départ. Comme organisme officiel, on aura accès à des programmes et des subventions. Il y a de plus en plus de jeunes artistes qui s’installent dans la région. J’ai travaillé sur ce projet depuis des années et là, c’est le fun de voir qu’il va y avoir une pérennité et que ça ne s’arrêtera pas à moi. Mon souhait, c’est aussi que la Factrie puisse avoir un rayonnement dans un secteur qui en a besoin », termine Danielle Julien.

Le lancement officiel de Factrie 701 aura lieu officiellement le samedi 16 avril. Pour en savoir plus: www.factrie701.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires