Des Jeux olympiques au Symphony of the Seas

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Des Jeux olympiques au Symphony of the Seas
Patiner sur un bateau croisière a demandé des ajustements pour Gabriel St-Jean. «C'est neuf fois plus petit qu'une glace olympique», explique le Shawiniganais. (Photo : courtoisie)

PASSION. Gabriel St-Jean a longtemps rêvé de Jeux olympiques et de Championnats du monde mais depuis quelques mois, c’est sur un bateau croisière qu’il vit son rêve.

Depuis octobre dernier, le Shawiniganais fait partie d’une troupe de patineurs artistiques qui se produisent sur le plus grand bateau croisière du monde: le Symphony of the Seas.

Dès l’âge de 6 ans, le jeune garçon n’en a que pour la compétition, accumulant les axels, sauts et pirouettes. Comptant parmi les espoirs québécois de la discipline, il s’expatrie même à Montréal à 13 ans dans un programme Sport-études. Champion canadien novice à 15 ans, Gabriel terminera 8e au champion canadien chez les juniors.

Puis, le jeune homme abandonne tout à 17 ans mais n’accroche pas ses patins pour autant.

Fini le stress de la compétition, Gabriel veut combiner sa passion pour le patinage artistique avec son amour de la scène. «J’ai été voir mon coach qui m’a référé à une agence en Californie qui produit des spectacles sur les bateaux croisières», explique-t-il en entrevue à L’Hebdo lorsque rejoint sur le Symphony of the Seas.

Rapidement, le Shawiniganais est embauché et le hasard l’envoie sur le plus grand paquebot croisière du monde inauguré au printemps 2018. Gabriel St-Jean embarque à bord en octobre dernier dans un port d’Espagne pour prendre la direction de la Floride, aux États-Unis.

Gabriel St-Jean.

Performer devant des juges et offrir un show à des touristes ne demandent pas la même approche. «C’est totalement différent. Les gens ici viennent voir un spectacle. Ils veulent être impressionnés. C’est ce que j’aime. J’adore performer, être sur une scène. C’est une de mes passions depuis que je suis tout jeune.»

«Je vis un rêve»

D’une durée de 7 jours et naviguant parmi les îles des Bahamas, chaque croisière affiche 8 représentations des revues 1977 et Ice skate 2.0. Dans le premier spectacle d’une durée de 50 minutes, le jeune homme de 19 ans joue le rôle d’un Indien qui se fait dérober un bijou par un voleur. «C’est plus de la chorégraphie avec des effets spéciaux. C’est comme un film avec une histoire», décrit Gabriel. Dans le second qui dure 35 minutes, les patineurs sont plus appelés à mettre en valeur les habiletés techniques apprises lors de leurs années de compétition.

«Les spectacles sont en soirée. J’ai donc la journée pour faire du tourisme, aller à la plage lorsque nous accostons», raconte Gabriel qui côtoie dans la troupe des Américains, Russes, Français, etc. Entre deux spectacles, les patineurs sont aussi invités à aider les touristes qui veulent tenter leur chance sur la glace.

Le jeune homme sera de retour à Shawinigan ce mois-ci avant de repartir à l’aventure le 28 juillet sur un autre bateau croisière. «Je vis un rêve. C’est comme être en vacances et être payé en même temps.»

Même s’il compte parmi ses amis des patineurs qui se produisent sur des bateaux croisières depuis des années, Gabriel ne compte pas les imiter. «J’en profite maintenant. Je suis jeune et en forme et ça me permet d’amasser des sous pour retourner aux études», termine celui qui entend faire carrière dans les communications.

Symphony of the Seas en chiffres

  • Longueur: 362 mètres
  • 7 quartiers distincts
  • 20 restaurants
  • 11 piscines
  • 2394 membres d’équipages
  • Sports: tyrolienne, mur d’escalade, patinoire, mini-golf, terrains de basketball et de volleyball, piste d’athlétisme.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des