Des résidences de création… au cœur d’organismes communautaires

Des résidences de création… au cœur d’organismes communautaires
Réalisée par les artistes Cyndie Lemay et Gregoire Cusson, une des œuvres du projet «Résidents» a été dévoilée jeudi dernier à l'espace culturel Onikam. Sur la photo, on retrouve Jean-Yves Tremblay, conseiller du district des Hêtres, les artistes Cyndie Lemay et Gregoire Cusson, Jacinthe Campagna, conseillère du district de la Cité, Jacques Newashish, artiste de la communauté atikamekw de Wemotaci, Emilie Duchesne, artiste, photographe et coordonnatrice du projet, ainsi que Michel Angers, maire de la ville de Shawinigan. (Photo : courtoisie - Jacinthe Campagna)

Un projet artistique pour le moins original a été mis sur pied cette année à Shawinigan. Un peu à la manière d’une résidence d’artiste, sept artistes de la région ont résidé au sein d’un organisme pour s’inspirer dans la réalisation d’une œuvre.

Emilie Duchesne, l’artiste photographe derrière l’idée de « Résidents », décrit son projet de cette façon: « L’état d’habiter. Être présent, ici, maintenant, dans ce quelque part qui devient nôtre. L’habitat, tout comme le coeur, est expansif. On habite son corps, sa maison, sa ville, son pays, le monde. En osmose, l’humain et son milieu, s’influencent, réciproquement. Si je te donne un peu de ce que je suis et que tu me donnes un peu de ce que tu es, alors que devenons-nous, ensemble? »

Concrètement, elle et six artistes de la région se sont invités dans les murs d’organismes shawiniganais pour y vivre et y habiter pendant un mois. Un peu comme une résidence d’artiste, l’essence de « Résidents » est de permettre à chaque artiste de s’immerger du quotidien d’un organisme afin de se laisser inspirer pour réaliser une œuvre dans le médium de leur choix.

Le projet « Résidents » s’est amorcé il y a plusieurs mois. Avant de s’installer au cœur de leur organisme, les artistes ont entamé des périodes de recherche et développement préliminaires, entre février et mai 2021. La conception et la réalisation des œuvres ainsi que la médiation culturelle se tiennent encore jusqu’en septembre. En plus de créer leur œuvre, les artistes devaient présenter un atelier de médiation culturelle en lien avec le processus et la création, et ce milieu, de « résidence ».

Pour Émilie Duchesne, ce type de collaboration à travers ces lieux et ces histoires répond à un besoin de lien social et un désir profond de faire les choses autrement, et qui sait peut-être même explorer de nouvelles avenues dans le but de recréer des liens ou de les renforcer.

L’artiste textile Roxanne Lacourcière a été jumelée avec l’organisme shawiniganais Allaitement-Soleil. « Dans ma démarche artistique, je m’intéresse à l’humain et à la femme. J’explore à l’aide de mes médiums de prédilection, soit la broderie et le dessin, cette volonté qu’ont certaines femmes à tracer leur propre voie et à penser leur vie comme elles le souhaitent », explique l’artiste dont les études à la maîtrise en arts visuels de l’Université Laval lui ont permis de peaufiner son art et de réfléchir et d’approfondir ses connaissances sur le féminisme. 

Artistes et organismes

Emilie Duchesne, photographe, avec Le jardin du Centre Roland Bertrand

Roxane Campeau, mosaïste, avec L’Office de tourisme et congrès de Shawinigan

Simon Aubin, musicien, avec Le Digihub

Roxanne Lacourcière, artiste textile, avec Allaitement Soleil

Allison Molesworth, horticultrice, avec Le travail de rue à Shawinigan (TRÀSH)

Cyndie Lemay et Gregoire Cusson, artistes multidisciplinaires en duo, avec La coop Nitaskinan et son Espace culturel Onikam

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires