Des subventions importantes pour le recyclage de piles

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Des subventions importantes pour le recyclage de piles
Plusieurs intervenants différents sont impliqués dans le projet de recyclage de piles de 6,3 M$. (Photo : Courtoisie)

ENVIRONNEMENT. Le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) affilié avec le Collège Shawinigan vient de recevoir la plus grande aide financière de son histoire pour développer un nouveau créneau de recherche appliquée avec l’implantation d’une filière de recyclage de piles régionale.

Il s’agit d’un projet de 6,34 M$ au total, dont plus de 3,8 M$ proviennent de subventions du gouvernement provincial et fédéral. Le gouvernement fédéral accorde 2,58 M$ provenant du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, et de la Fondation canadienne pour l’innovation.

Le gouvernement du Québec remet 721 182$ par l’entremise de PRIMA Québec, et 580 446$ provenant du Programme de soutien aux organismes de recherche et d’innovation.

Le projet sera réalisé en partenariat avec les entreprises Nemaska Lithium et Société Laurentide. Une première usine de recyclage de piles devrait voir le jour dans les locaux de Société Laurentide du boulevard Royal à Shawinigan.

Le projet permettra la création de quatre emplois et la consolidation de plusieurs autres.

«On est en train de redéfinir l’essence de l’économie mondiale. Le CNETE a développé une expertise scientifique pour résoudre un enjeu au niveau de la planète, c’est-à-dire l’économie circulaire du recyclage. On utilise la technologie et l’expertise d’ici pour un avenir plus vert. Les procédés qui sont développés permettront de développer la région de la Mauricie. On a toujours rêvé de redevenir la vallée de l’énergie, de redonner les lettres de noblesses que Shawinigan a toujours connues au niveau industriel, mais cette fois pour l’économie verte», commente François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice – Champlain et ministre de l’Infrastructure et des Collectivités.

«Avec cette annonce, ça permettra de créer quatre emplois au CNETE, et on pourra soutenir 35 étudiants du collégial qui sont impliqués dans le projet et également une dizaine d’étudiants universitaires. On va développer une expertise qui donnera de la valeur à des déchets avec des procédés rentables à caractère environnemental. En bout de piste, il y aura une usine de recyclage de piles à Shawinigan qui sera gérée par la Société Laurentide. De son côté, Nemaska Lithium sera preneur des matières qui sortiront de cette usine. L’enjeu du recyclage n’était pas réglé, on travaille sur ce projet depuis 2016. C’est assez rare de voir un projet de 6,3 M$ en recherche», exprime la directrice générale du CNETE, Nancy Déziel.

Le projet est divisé en trois volets: le conditionnement mécanique pour chaque type de batteries (alcalines et Li-ion), l’extraction et le raffinage des métaux, et la purification des solutions riches en lithium.

«Je salue la collaboration du CNETE avec les entreprises Société Laurentide et Nemaska Lithium, ainsi qu’avec les autres partenaires et participants, pour l’acquisition des expertises nécessaires au développement d’une filière régionale de recyclage de piles. Cette filière du lithium consolidera la capacité de la région en recherche et développement de même qu’en innovation. Il s’agit d’une occasion exceptionnelle pour les partenaires industriels, qui pourront profiter d’une synergie de compétences scientifiques. C’est un projet qui vise à développer de nouveaux procédés dans un créneau stratégique à l’échelle mondiale et le Québec est très bien placé pour tirer profit des occasions à venir», a déclaré Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du gouvernement du Québec.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des