Des Vikings deviennent des Électriks

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Des Vikings deviennent des Électriks
Sur la photo, on aperçoit les Latuquois Yannick Allaire-Awashish (soigneur), devant Nicolas Dufour (ligne défensive) et Étienne Gilbert (ligne défensive), derrière Alexandre Pellerin (secondeur), David Lafrenière (porteur de ballon), et Zachary Tellier (receveur). (Photo : (Photo l'Hebdo Patrick Vaillancourt))

FOOTBALL. Les Électriks du Collège Shawinigan en football ont eu de la difficulté avec le recrutement lors des dernières saisons, eux qui peinaient à afficher le nombre minimal pour plusieurs parties. La filière des Vikings vient en renfort à Shawinigan alors que pas moins de 5 joueurs sur les 35 footballeurs proviennent du programme latuquois… en plus d’un soigneur!

Le receveur de passe Zachary Tellier en est à sa troisième années avec les Électriks, le joueur de ligne défensive Nicolas Dufour en est à sa deuxième saison, tandis que le porteur de ballon David Lafrenière, le secondeur Alexandre Pellerin et le joueur de ligne défensive Étienne Gilbert, qui ont gagné le Bol d’Or avec les Vikings lors de la dernière saison, sont des recrues au niveau collégial. De son côté, Yannick Allaire-Awashish s’implique comme soigneur.

L’entraîneur des Électriks Guy Bergeron affirme que la filière latuquoise est importante pour l’équipe. «Nos deux recrues ont prouvé qu’ils sont des gagnants et ils créent des choses sur un terrain.»

Zachary Tellier est le vétéran du groupe, lui qui en est à sa troisième saison avec l’équipe. Lorsqu’il est arrivé à Shawinigan, il était le seul joueur originaire de La Tuque. «Quand j’ai fini le secondaire, j’ai eu 2-3 offres au niveau collégial. Mais quand j’ai visité le Collège Shawinigan, je me suis senti à la maison. Ç’a cliqué tout de suite avec les entraîneurs. Je ne regrette pas mon choix du tout. J’ai eu du temps de jeu rapidement, je me suis amélioré comme athlète. Je vais continuer ma carrière universitaire ensuite. Et je ne croyais pas ça possible au secondaire.»

Zachary s’est déjà fait courtisé par les Universités McGill et Concordia. «C’est flatteur, mais je veux me concentrer sur ma saison et ne pas trop y penser.  C’est certain que quand j’ai appris que des universités me voulaient, j’ai sauté au plafond. Je vais prendre ma décision à la fin de la saison», indique le Latuquois avec maturité.

En plus de bien performer sur le terrain et d’être sérieux, Zachary est un étudiant exemplaire dans son programme de Génie mécanique. Au cours de la dernière année, il s’est classé parmi les 10 meilleurs de tous les étudiants du Collège Shawinigan pour sa cote R (cote de rendement au collégial). «Je ne suis pas le genre de gars qui fait les choses à moitié. Je suis à fond à l’école et dans le football. C’est rare le monde qui gagne leur vie avec le football. Ça prend beaucoup d’organisation pour concilier les deux, mais ça se fait!»

Zachary souligne que le programme de football est en montée cette saison, lui qui a vécu les dernières années avec le minimum de joueurs. «Les entraîneurs ont réalisé un très bon recrutement. Le Collège a élargi ses horizons pour le recrutement avec des gars de partout au Québec. Le succès s’en vient dans pas long.»

Nicolas Dufour, est étudiant athlète en Science de la nature. «Je suis venu à Shawinigan après un an au Cégep de Trois-Rivières parce que je trouvais qu’il me manquait quelque chose en ne jouant pas au football. Je savais que je pouvais me tailler un poste avec les Électriks, et même que coach Guy m’avait approché l’année avant. Je trouve que Shawinigan ressemble à La Tuque. On est une petite équipe avec un petit nombre de joueurs. Je connais plusieurs personnes aussi et ce n’est pas loin de La Tuque.»

Étienne Gilbert, est étudiant en Soins infirmiers. «C’est ma première année avec les Électriks et j’ai choisi de venir ici parce que je fais confiance à la formation académique du Collège et pour l’équipe d’entraîneur qui nous encadre bien et qui est là si on a besoin. Comme dit Nicolas, ça ressemble à La Tuque au niveau de l’encadrement.

Alexandre Pellerin, étudie en Sciences humaines-administration. «Je savais qu’on serait une gang de La Tuque ici, alors c’est le fun pour ça. On a joué ensemble David et moi avec les Vikings l’an passé, et je savais qu’il voulait venir ici. Alors on s’est dit qu’on irait à Shawi ensemble. Pour l’équipe des Électriks, c’est un peu la même mentalité que les Vikings avec un petit nombre de joueurs, mais qui se donnent jusqu’au bout. Je sais qu’on peut créer de quoi et faire lever le programme de football à un autre niveau.»

David Lafrenière est une recrue. «L’année passée au secondaire, je m’étais dit que c’était ma dernière année au football. Mais on a tellement tiré une belle saison et j’ai tellement plus adoré ce sport que je ne pouvais pas arrêter là. Les entraîneurs m’ont approché et ils me voulaient vraiment. Ça m’a encouragé à venir ici, en plus d’un bon programme en Génie mécanique. Shawinigan est la ville la plus proche de La Tuque aussi. Je voulais peut-être faire une formation professionnelle, mais le football est pourquoi j’ai choisi le collégial.»

De son côté, Yannick Allaire-Awashish est le soigneur stagiaire de l’équipe. «L’année dernière, j’étais sur le terrain, mais pour cette année, je suis 5 jours trop vieux pour pouvoir jouer.  Comme je suis à ma dernière année en Soins infirmiers, j’ai voulu m’impliquer comme soigneur. Avoir un plus c’est toujours bon. Un jour j’aimerais devenir thérapeute sportif et prendre une équipe sous ma charge. Pourquoi pas retourner à La Tuque et prendre l’équipe!»

Comment le groupe de Latuquois s’attend à vivre cette saison. On le sait, les Latuquois sont tissés serré. «Oui on est des gars de La Tuque, oui on est tissé serré, mais ça ne peut pas marcher si on est des cliques de villages. On est de La Tuque, mais avant tout, nous sommes des Électriks. C’est le groupe qui est important», commente Zachary Tellier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des