Diagnostic du silencieux : checklist

Diagnostic du silencieux : checklist

Le silencieux est une pièce maîtresse du système d’échappement. De l’extérieur, le dispositif semble assez simple, mais à l’intérieur, il est constitué d’un ensemble de tubes et de chambres conçus pour s’harmoniser aux ondes sonores produites par le véhicule, comme un instrument de musique. Toutefois, comme son nom l’indique, le silencieux permet plutôt de neutraliser une très grande partie des bruits engendrés par le fonctionnement du moteur.

Un silencieux défectueux

Comme pour toutes les autres pièces d’un véhicule, le silencieux et le système d’échappement peuvent s’endommager peu à peu après des milliers de kilomètres parcourus. Il est donc important de rester à l’affût de signes qui pourraient indiquer une usure et la nécessité d’un remplacement.

Les dommages sur ces pièces peuvent avoir d’importantes conséquences, dont l’augmentation de la consommation de carburant, la surchauffe du moteur, un rendement moins efficace, une émission plus élevée de polluants et une production de pollution sonore considérable. Dans certains cas, cela peut même compromettre l’étanchéité entre l’habitacle et le système d’échappement. Des gaz peuvent alors se retrouver à l’intérieur du véhicule et mettre la vie des passagers en danger.

Pour toutes ces raisons, il est crucial de vérifier régulièrement l’état du système d’échappement, même lorsqu’il n’y a aucun problème apparent pendant la conduite. Et si la voiture commence à émettre des cliquetis, à produire un plus grand niveau de bruit ou à démontrer d’autres types de défaillances, il devient alors urgent de vérifier la situation.

Inspecter le système d’échappement

Il est toujours possible de réaliser ce type d’inspection soi-même, mais il est souvent plus prudent de la confier à des spécialistes. Puisque le système d’échappement et le silencieux se trouvent sous le véhicule, il est préférable d’effectuer la vérification lorsque le véhicule est surélevé. Ainsi, le changement de pneus, par exemple, est une bonne occasion d’en profiter pour jeter un œil au système d’échappement. Il faut toutefois faire preuve de prudence, car les pièces peuvent être très chaudes.

La première étape de vérification consiste en une simple inspection visuelle. Il suffit d’observer les diverses pièces du système, ainsi que les soudures et les joints, afin de tenter de repérer tout signe de détérioration. Il est également important de regarder le système de crochet et de support pour s’assurer que l’ensemble est toujours fixé solidement au véhicule, ce qui empêche la création de vibrations supplémentaires.

Par la suite, il peut être intéressant de tapoter chaque pièce avec un petit outil comme un marteau à panne ronde en métal. Cela créa un bruit qui permet d’évaluer l’état du système d’échappement. Lorsqu’il est normal, le son produit est uniforme et ressemble à celui du métal plein. À l’opposé, les pièces endommagées émettront plutôt un bruit de ferraille ou d’écaillage.

En plus du silencieux, plusieurs autres pièces du système d’échappement méritent d’être observées. C’est notamment le cas du catalyseur, des résonateurs, ainsi que des tuyaux et tubulures d’échappement. Si un problème est détecté à l’inspection, il vaut mieux corriger la situation le plus rapidement possible, en effectuant les réparations nécessaires ou en remplaçant les pièces défectueuses. Cela évitera que les problèmes ne s’aggravent.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des