Écoles évacuées cet hiver: la Commission scolaire de l’Énergie fait le point

Par Redaction Shawinigan
Écoles évacuées cet hiver: la Commission scolaire de l’Énergie fait le point
(Photo : (Photo Archives))

La Commission scolaire de l’Énergie fait le point sur les problématiques de toiture qui ont entraîné l’évacuation préventive de trois écoles primaires au cours de l’hiver.

Les fréquentes opérations de déneigement de toitures, représentant des dépenses de 850 000$, n’auront pas réussi à assurer un environnement sécuritaire, notamment à cause de l’importante épaisseur de glace.

École Villa-de-la-Jeunesse (Saint-Élie-de-Caxton)

Les corrections structurales sont terminées. Des travaux esthétiques complémentaires, finition intérieure, peinture, etc., seront apportés au cours de la période estivale et seront terminés pour la rentrée scolaire 2019-2020.

École Notre-Dame (Notre-Dame-du-Mont-Carmel)

Des travaux de sécurisation seront effectués au cours de l’été et seront finalisés pour la rentrée scolaire 2019-2020.

Par ailleurs, les contrats entourant l’agrandissement de l’école avec l’ajout de huit classes et d’une classe de maternelle 4 ans ainsi que d’un gymnase seront octroyés en mai pour faire en sorte de démarrer les travaux de construction au cours de la période estivale. Les nouveaux locaux devraient être fins prêts pour la rentrée scolaire 2020-2021.

École de la Petite-Rivière (Shawinigan, secteur Saint-Gérard-des-Laurentides)

Les travaux correctifs se poursuivront au cours de la période estivale afin de permettre le retour des élèves en toute sécurité dès la rentrée scolaire 2019-2020. C’est que la toiture a subi une déformation permanente plus difficile à corriger dans la section située à l’avant de l’école. C’est pourquoi plusieurs élèves ont dû être relogés à l’école Sainte-Marie de Saint-Boniface pour le reste de l’année scolaire 2018-2019.

«Nous réalisons actuellement des travaux de sécurisation dans les écoles de la Petite-Rivière et Notre-Dame, mais nous sommes en communication avec des représentants du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour mettre en place des solutions permanentes», explique le directeur général de la Commission scolaire de l’Énergie, Denis Lemaire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des