Élan de générosité pour le rêve de Mya

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Élan de générosité pour le rêve de Mya
Mya Joly s’entraînera au Centre national performance de Patinage Canada à Montréal, une des rares à l’âge de 15 ans. (Photo : courtoisie)

GÉNÉROSITÉ. Mya Joly est une jeune patineuse de vitesse âgée de 15 ans du secteur Lac-à-la-Tortue de Shawinigan qui passera une première année à Montréal au Centre national de performance (CNP) de Patinage Canada. Pour la famille Joly qui a quatre enfants, il s’agit d’une dépense d’au moins 15 000$. Avec le cœur sur la main, le citoyen Benoit Parke a fait ni une ni deux en organisant une campagne de financement au profit de la jeune athlète.

Benoit Parke est un ami du grand-père de Mya, René Joly. «J’ai fait deux classiques de canots avec René et c’est un bon ami. Il m’a parlé de sa petite-fille Mya qui allait s’entraîner à Montréal à partir de cette année. Quand j’ai appris le montant que ses parents devaient débourser, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. Dans le domaine de la pastorale que je suis, on a souvent l’occasion de donner pour les gens ans le besoin. Mais rarement on va prendre un temps d’arrêt pour féliciter quelqu’un qui fait preuve de constance et de discipline. On a une athlète du Lac-à-la-Tortue qui va probablement atteindre son rêve d’ici deux ans de participer aux Jeux olympiques, alors donnons-lui un coup de pouce», explique M. Parke.

Ce dernier a créé une page sur le site One dollar gift avec un objectif de 5000$ pour Mya. Comme si ce n’était pas suffisant, M. Parke a aussi mis de l’avant une randonnée de vélo de 500 km entre Trois-Rivières et Rimouski afin de vendre chacun des kilomètres au coût de 10$. «Tous les kilomètres ont été vendus, si bien que nous sommes actuellement à plus de 6000$ d’amassé.»

La randonnée se déroulera le 31 août prochain. «S’il y a des cyclistes qui veulent se joindre à nous, ils sont les bienvenus.»

Pour les gens qui ne font pas confiance à un site Web pour réaliser un don, il est possible d’appeler Benoit Parke au 819 533-5519, et il se fera un plaisir de se déplacer pour récolter le montant.

«Les gens ont été très généreux jusqu’à présent même s’il je pensais qu’il y aurait plus de donneurs. Mais des gens comme Réjean Cossette a remis 1000$», ajoute M. Parke.

Benoit Parke a organisé une campagne de financement au profit de Mya Joly 15 ans, dont une randonnée à vélo entre Trois-Rivières et Rimouski.

Mya et son parcours

C’est à l’âge de 6 ans que Mya Joly a commencé le patinage de vitesse après avoir vu les athlètes lors des Jeux olympiques de Vancouver. «J’ai essayé et j’ai tout de suite eu un coup de cœur et j’ai trouvé ma passion. Mon objectif à long terme est de pouvoir participer aux Jeux olympiques. J’aimerais pouvoir me qualifier pour les Jeux de 2022, mais je sais que c’est rapide. J’aime autant la courte piste que la longue piste. C’est certain que c’est un grand pas vers l’avant pour moi cette année, mais je suis bien entourée. J’ai été très émue et reconnaissante quand j’ai appris que M. Parke organisait une campagne de financement pour moi. Je trouve que c’est beaucoup. C’est certain que ça pourra nous aider parce que mes trois autres sœurs aussi font du patin. Ça m’encourage à me donner encore plus pour bien représenter d’où je viens.»

Une certaine Caroline Ouellette, championne olympique en hockey féminin, a même pris le temps de faire parvenir une vidéo à Mya pour la féliciter et l’encourager à poursuivre ses efforts. «C’était touchant, ça m’a fait chaud au cœur. Ça m’a donné beaucoup d’encouragement.»

Pour cette année, Mya a pour objectif de participer à la qualification de l’équipe canadienne senior, et de participer au championnat du monde junior. «Les qualifications auront lieu en décembre et je dois terminer dans les quatre premières.»

Pour la mère de Mya, Mélissa St-Jean, cette décision n’a pas été facile. «Ce n’est pas évident pour une mère de laisser partir sa fille à 15 ans pour Montréal. Mais je ne suis pas inquiète pour elle, elle est autonome et mature. On a vécu progressivement l’expérience l’an dernier alors qu’on y allait les fins de semaine. Le fait qu’elle revienne chaque fin de semaine à la maison ça fait une différence aussi. On a été surpris de voir cette campagne de financement et très content bien sûr. Mais aussi on était un peu mal à l’aise de voir ça, c’est beaucoup et très généreux de la part de Benoit et des donateurs.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des