Évincé de son logement, il part en causant entre 10 000 $ à 15 000 $ de dommages

Par superadmin

Le locataire évincé du 718, rue Sainte-Anne, à Yamachiche, le 30 janvier dernier, aura laissé ses traces avant de quitter les lieux. Et pas à peu près. Il a causé des dommages pour un montant évalué entre 10 000$ et 15 000$, selon M. Stéphane Lagacé, l’homme qui s’occupe du bon fonctionnement de la bâtisse de cinq logements de Yamachiche, propriété de Mme Johanne Roy.

Le locataire avait signé un bail en juillet dernier pour occuper le logement à l’adresse mentionnée plus haut. Il ne possédait pas grand’chose à son arrivée. On lui a même prêté des appareils électroménagers et du mobilier de cuisine, de dire M. Lagacé à L’ÉCHO de Maskinongé.

Tout a bien fonctionné jusqu’en octobre. À ce moment, le locataire a cessé de payer son loyer. En novembre, M. Lagacé est retourné au logement pour exiger le paiement du loyer. Il a alors constaté que le locataire avait « transformé les lieux », peignant la porte arrière du logement et arrachant une poutre de soutien pour la galerie du haut. Il a aussi fait le constat que le locataire avait peint tous les murs sans autorisation, de même que les armoires de cuisines en bois, qui avaient été changées peu avant cette visite. Il a poussé l’audace jusqu’à peinturer le bain en noir et le lavabo de couleur or.

Des démarches visant à faire évincer le locataire ont été entreprises pour non paiement de son loyer. Le 16 janvier, la Régie du logement a entendu la cause mais le locataire ne s’est pas présenté. Le jugement a été rendu en faveur du locateur. Le locataire avait 10 jours pour quitter les lieux. Le 27 janvier, il était toujours dans le logement. Il a reçu un avis d’un huissier lui donnant 48 heures pour quitter le logement.

Le 30 janvier, en après-midi, le huissier s’est rendu au 718, Sainte-Anne, afin de vérifier si le locataire avait quitté. Il a eu droit à un spectacle pour le moins inattendu. Le locataire avait arraché la porte d’entrée, peint son nom sur le plancher de la cuisine, arraché des portes d’armoires, peint le prélart de la salle de lavage en noir, arraché thermostats et prises téléphoniques et fait énormément de saccage aux cadres de portes, etc. Bref, une scène que l’on ne voit pas souvent, de dire M. Lagacé.

Qui plus est, il a quitté avec les appareils électroménagers et le mobilier que lui avait prêtés M. Lagacé au moment de la location du logement.

En plus d’avoir dépensé un montant d’environ 1 500 $ en frais juridiques depuis novembre pour ce dossier, M. Lagacé croit que la propriétaire des logements devra débourser entre 10 000 $ et 15 000 $ pour remettre les lieux en bon état.

Une plainte a été portée à la Sûreté du Québec dans ce dossier. M. Lagacé, comme la propriétaire des logements, souhaitent évidemment qu’il y ait des suites dans cette affaire qui, le moins que l’on puisse dire, a laissé des traces bien visibles au 718, Sainte-Anne, à Yamachiche.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des