GPE Diésel: la PME qui joue dans la cour des grands

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
GPE Diésel: la PME qui joue dans la cour des grands
Sébastien Trudel devant le tombereau Caterpillar AD30 que son équipe est en train de remonter au complet pour la compagnie minière Hecla Québec. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

MINES. Trois ans à peine après son ouverture, un petit atelier mécanique de Shawinigan vient de recevoir un contrat de Canadian Malartic, la plus importante mine d’or à ciel ouvert au Canada.   

Situé dans le secteur Lac-à-la-Tortue, GPE Diésel est spécialisé dans la réparation de moteurs diésel et de systèmes d’entraînement mécaniques de machineries lourdes. Mais entre une transmission, un différentiel et un moteur de camion, les mécaniciens de la PME passent de plus en plus de temps à remonter des composantes pour des géants de l’industrie minière.

«On refait aussi des machines au complet», explique le copropriétaire Sébastien Trudel en pointant du doigt un tombereau d’exploitation minière souterraine. Ce Caterpillar AD30 nécessitera trois mois de travail pour être remonté de A à Z avant de reprendre du service à la mine Casa Berardi, à 95 km au nord de Val-d’Or.

Après 15 000 heures de travail, ces robustes machines industrielles sont envoyées se faire dorloter dans des ateliers comme celui de Shawinigan. Une à une, toutes les pièces sont démontées, nettoyées puis remplacer au besoin. La carrosserie est passée au jet de sable avant d’être peinturée. Même la cabine de l’opérateur a droit à un nouveau capitonnage complet.

Sébastien Trudel devant un moteur diésel provenant d’un Caterpillar 994F, le plus imposant chargeur du fabricant.

L’affaire n’est pas anodine puisque GPE Diésel évolue dans un marché de pointe, mais très concurrentiel, disputant des contrats par exemple à Toromont CAT, les concessions du géant Caterpillar présentes partout au Canada.

Récemment, Sébastien Trudel jubilait. Il venait d’obtenir son premier contrat avec Canadian Malartic: refaire les quatre freins d’une niveleuse. Un petit mandat pour l’instant, mais Mines Agnico Eagle et Yamana Gold, les propriétaires de la mine d’or située dans la région de l’Abitibi, ne sont pas du genre à accorder des contrats à la légère. «Canadian Malartic, ça va nous ouvrir des portes s’ils sont contents de notre travail», prévoit le copropriétaire qui rêve déjà de travailler sur les moteurs, transmissions et différentiels du géant minier.

Le secteur minier constituera à court terme la principale activité de GPE Diésel dit-il. Grâce aux contacts de son associé Luc Tessier, l’entreprise refait déjà beaucoup de composantes pour le groupe OCP qui exploite des mines au Maroc. «Je n’avais pas pensé que ce créneau se développerait aussi vite. Tantôt, il va falloir penser à agrandir et à embaucher.  Tout ça, c’est parce qu’on a une équipe formidable. Ce sont des gars méticuleux. On n’en serait pas là si ce n’était de nos employés», termine-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
louis
louis
2 mois

petite erreur…osisko n’est plus propriétaire de canadian malartic.c’est maintenant le partenariat agnico eagle et yamana gold