Harvey-Pinard et les Huskies se lèvent à Shawinigan

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Harvey-Pinard et les Huskies se lèvent à Shawinigan

Avec deux victoires en banque, les Cataractes de Shawinigan avaient sûrement semé le doute dans la tête des Huskies de Rouyn-Noranda. Néanmoins, toute la pression du monde devait maintenant être sur les épaules de la formation de l’Abitibi. Malheureusement pour les Cats, les Huskies se sont réveillés au deuxième engagement en route vers un gain de 7 à 3.

Les Cataractes n’ont pas perdu de temps avant de profiter de l’ambiance des 4450 spectateurs présents qui régnait dans le Centre Gervais Auto lorsque Jan Drozg est venu sauter sur revirement en zone des Huskies pour battre le gardien de but Samuel Harvey entre les jambières. Son but – sans aide – était inscrit à 1 minutes et 10 secondes jeu!

Puis à la 7e minute de jeu, Mikaël Robidoux s’est offert une percutante mise en échec après laquelle s’en est suivi du brasse camarade. Deux joueurs qui en avant maille à partir ont fait éclater une des baies vitrées du coin de la patinoire, entraînant un délai d’une trentaine de minutes.

À la reprise du jeu, les Huskies ont frappé tôt. Félix Bibeau a foncé vers le filet de Justin Blanchette avant d’entrer en contact avec lui. La rondelle s’est retrouvée derrière le #39 des Cats. Les officiels sont allés à la reprise vidéo et le but a été accordé.

L’égalité fut de courte durée car les Cats allaient bénéficier d’une attaque à cinq dans les secondes suivantes. Jan Drozg, encore lui, est venu compléter un bel échange de la rondelle en battant un Samuel Harvey étendu de tout son long.

Rouyn-Noranda est revenu à la charge avant la fin de l’engagement. Pendant que Robidoux y allait d’une autre solide mise en échec, cette fois sur Justin Bergeron, Tyler Hinam rejoignait Louis-Filip Côté qui allait battre Blanchette à l’aide d’un lancer de la pointe.

La vraie meute s’est enfin levée au deuxième vingt.

Bénéficiant d’une supériorité numérique, Rafaël Harvey-Pinard a battu Blanchette à la 5e minute. Son coéquipier Joël Teasdale l’imitait quelques secondes plus tard, ce qui donnait une priorité de deux buts aux visiteurs.

Il ne fallait pas compter les jeunes Cats pour battu. Jan Drozg a montré tout son savoir faire en contournant habilement le défenseur des Huskies avant de s’amener vers le filet. Son tir cadré dans la partie supérieure venait compléter son tour du chapeau.

Les célébrations furent de courtes durées. Justin Bergeron a décoché un tir vers le filet de Blanchette et le retour a bifurqué sur Patrick Hrehorcak qui passait devant, ce qui redonnait une priorité de deux buts à meute, 5 à 3.

À la mi-match, Rouyn menait 9 à 2 au tableau des tirs pour un total de 29 à 13.

Le coup de grâce est survenu à 6e minute du dernier tiers alors que Jason Horvath a écopé d’une pénalité mineure pour avoir retardé la partie. Harvey-Pinard a servi une belle feinte à Blanchette avant de le battre à l’aide d’un bon tir bas. Les visiteurs menaient maintenant par 3 buts.

Ce but signifiait la fin des émissions pour Blanchette, et à la fois une première expérience en séries éliminatoires pour le jeune Antoine Coulombe. Parions toutefois que le but premier de ce geste était de reposer Blanchette en vue du sixième match.

À mi-chemin de la période, Harvey-Pinard est venu marquer un magnifique but du revers pour lui-aussi compléter son tour du chapeau.

Rouyn-Noranda aura décoché 44 tirs ce soir, comparativement à 21 du côté de Shawinigan.

«On s’attendait à un tel début de match avec un full house. Ils ont rapidement pris le momentum et on a eu un premier but plate. On est content, car on a été capable de gérer nos émotions ce soir», a laissé tomber Mario Pouliot, pilote des Huskies.

«C’est le match où l’on a le mieux joué avec la rondelle. Chapeau à notre attaque à cinq et à Rafaël (Harvey-Pinard). Il a commis un revirement sur le premier but, il s’est fait assommer ensuite et il est revenu avec trois buts. Tout le monde disait que ça allait finir en 4 et on s’en va jouer à la maison pour notre 6e match.»

«Nous avons connu un très très bon début de match et puis la baie vitrée a semblé nous enlever de l’énergie et des jambes. On ne saura jamais ce qui se serait produit», a pour sa part commenter Daniel Renaud, entraîneur-chef des Cataractes.

«Le match était à 19h30 et la zamboni a brisé. Ensuite, il y a eu la vitre brisée et je pense qu’il était 9h30 après la première période. On a l’équipe la plus jeune au Canada, avec des gars qui se couchent à 9h et 9h30 habituellement. Les gars ont semblé fatigué. Par contre, j’ai 25 gars et ce sont 25 soldats. J’ai hâte de prendre l’autobus avec eux autres pour aller se battre à Rouyn-Noranda. La première période du 6e match sera la plus importante de l’année pour nous.»

Les trois matchs à Shawinigan sont maintenant chose du passé. La série se transporte à Rouyn-Noranda pour les matchs 6 et 7 (si nécessaire) qui sont prévus les 1er et 2 avril.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des