Il fait du country

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Il fait du country
(Photo : Courtoisie Pigment B)

CULTURE. Enfant, Phil G. Smith écoutait les airs de Tim McGraw dans son walkman. Il a eu une révélation, plus tard, en découvrant la musique d’Eric Church. C’est maintenant son tour de faire vibrer les amateurs de country avec sa propre musique.

Le résident de Sainte-Geneviève-de-Batiscan a lancé son album «On fait du country» le printemps dernier. Il y propose un country plus moderne, à la manière de ce qu’on entend davantage chez nos voisins du sud, mais à la sauce québécoise.

«C’était mon but d’amener une nouvelle couleur et une nouvelle sonorité au country québécois. John-Anthony [Gagnon-Robinette, réalisateur de l’album] et moi écoutons beaucoup de new country américain. C’est un son plus américain qu’on adore et qu’on voulait développer au Québec. J’ai aussi grandi en écoutant les Cowboys Fringants et ça s’entend un peu sur l’album dans certaines influences. Au final, ça se veut un genre de nouveau country du terroir», explique Phil G. Smith, de son vrai nom Philippe Gaudreault.

D’ailleurs, tous les morceaux de l’album sont en français. D’abord parce qu’il est peu à l’aise dans la langue de Shakespeare lorsque vient le moment d’écrire des chansons, mais aussi parce que les événements du quotidien et de sa vie qu’il y raconte sont profondément ancrés au Québec.

«Certains termes anglais pourraient sonner mieux dans une mélodie, alors le défi est de dénicher la petite twist québécoise pour que les paroles prennent leur sens que ça coule bien», note l’auteur-compositeur-interprète qui ne s’empêche toutefois pas d’interpréter quelques reprises de ses artistes anglophones préférés en spectacle.

Le country le suit depuis longtemps comme artiste. Même lors de son passage à l’École de la chanson de Granby en 2011, toutes ses compositions étaient imprégnées d’influences country.  Ce n’est pas faute d’inspiration qu’il a ensuite pris son temps avant de lancer un premier album. Il était important pour lui de définir le son dans lequel il voulait s’immerger. Phil G. Smith en a aussi profité pour étudier le marketing associé aux artistes, leur marque de commerce.

«On a réussi à développer un son plus moderne. On se permet des libertés également, souligne-t-il. Mais c’est intéressant. On voit des festivals country qui commencent à faire place à la relève qui propose un son un peu moins western. C’est le fun de voir la génération qui commence à émerger sur la scène country.»

Sa patience a été récompensée puisque les choses fonctionnent mieux que ce qu’il avait anticipé.

«J’ai eu l’occasion de participer à l’émission de Guylaine Tanguay. Ça a eu un effet certain! Ça a été un cadeau venu du ciel et ça m’a ouvert des portes. Beaucoup de choses arrivent depuis. J’ai entre autres pu faire des premières parties pour Patrick Norman et Cayouche», raconte-t-il.

Huit représentations

Phil G. Smith en sera à sa troisième présence au Festival Western de St-Tite, mais c’est la première fois qu’il y sera en spectacle solo. Ces deux dernières années, il avait partagé la scène avec d’autres artistes dans le cadre du concours Étoiles Stingray.

Cette fois-ci, il présentera huit représentations d’une heure sur la scène du Ranch SAQ les 7, 8 et 9 septembre. Pour l’occasion, il sera accompagné de son guitariste afin de revisiter les chansons de son album «On fait du country», ainsi que quelques reprises.

«Ça va être le fun. Vu que c’est une scène extérieure, ça donnera l’opportunité à beaucoup de gens de découvrir ma musique. Le but, c’est d’avoir du plaisir avec les spectateurs et de leur donner envie d’écouter l’album», remarque-t-il.

«Le Festival Western de St-Tite est l’un des premiers festivals à avoir fait place au new country, tout en présentant aussi le travail d’artistes francophones. Pour ma part, c’est certain que ça m’amène aussi de la crédibilité de dire que j’ai joué au Festival western. C’est emblématique pour beaucoup de personnes», ajoute-t-il.

Et si les derniers mois ont été chargés pour le jeune auteur-compositeur-interprète, ils le seront tout autant dans un avenir rapproché. Phil G. Smith se prépare à aller dans l’ouest du Canada pour faire du démarchage avec son album. En octobre, on le verra sur la scène du Gala Country où il a été invité à interpréter l’une de ses chansons.

À travers tout ça, il planifie également une tournée dans l’est et dans le nord du Québec. Il continue aussi d’écrire et de composer du nouveau matériel. Un vidéoclip devrait aussi être lancé prochainement.

Pour découvrir sa musique: www.philgsmith.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des