Tous les quartiers résidentiels à 40 km/h

SHAWINIGAN.  Le projet-pilote de réduction de la vitesse sur certaines rues du secteur Shawinigan-Sud du conseiller Guy Arseneault en 2015 a fait des petits, si bien qu’à compter de la prochaine année, le conseil municipal adoptera un règlement qui fera passer à 40 km/h toutes les rues résidentielles et locales qui sont actuellement à 50 km/h.

Toutefois, les grandes artères avec un flot de circulation important comme la rue Trudel ou le boulevard des Hêtres demeureront à 50 km/h.

En compagnie de la conseillère Jacinthe Campagna, M. Arseneault qui est le président du Comité de la sécurité publique, a présenté les grandes lignes du nouveau Plan de sécurité routière qui cible 5 objectifs : la réduction de vitesse à 40 km/h dans tous les quartiers résidentiels; l’aménagement des principales traverses piétonnes; l’aménagement des rues favorisant la réduction de la vitesse; la mise en place de corridors scolaires; et une campagne de sensibilisation et de la surveillance policière.

« C’est en janvier 2015 la première fois qu’une réduction à 40 km/h a eu lieu dans trois quartiers résidentiels à Shawinigan-Sud qui ciblait 41 rues. En juillet 2021, plus de 200 rues ont été ajoutées dans les différents secteurs de la ville, indique le conseiller Guy Arseneault. Un comité de stratégie globale a été mis en place à la fin de l’année 2022. Nous proposons aux citoyens une approche globale sur deux ans pour améliorer le sentiment de sécurité de tous les usagers. »

« Au cours des derniers mois, nous avons donné l’occasion à nos concitoyens de s’exprimer sur différents aspects de la sécurité routière. Parmi les problématiques observées par les répondants, on retrouve principalement : le respect et la quantité des traverses piétonnes, la vitesse excessive des automobilistes, la configuration des rues et des voies cyclables et le respect des règles de circulation par les cyclistes. Nous en avons tenu compte dans notre Plan de sécurité routière », ajoute Jacinthe Campagna, conseillère du district de la Cité et présidente de la Commission sur la circulation et la mobilité durable.

« Prescrire une limite de 30 km/h est celle qui cause le moins de décès en cas d’impact avec un piéton si, bien sûr, elle est respectée. Il s’agit cependant d’une baisse drastique par rapport à la limite de 50 km/h qui prévaut actuellement et son adhésion est souvent difficile. (…) Un inconvénient marqué de la mise en place d’une limite de 30 km/h sur l’ensemble des rues résidentielles est qu’il n’y a plus de différence entre la vitesse dans les rues du quartier et celle dans les zones scolaires », indique le consultant en sécurité routière, Clarens Lavoie dans son analyse sur le projet de réduction de vitesse proposé au printemps 2023.

« L’objectif est d’harmoniser les vitesses à la grandeur de la ville, ajoute Guy Arseneault. On avait des quartiers à 40 km/h et d’autres à 50 km/h, alors les gens étaient un peu mêlés. C’est ce que l’expert et la Sûreté du Québec nous disaient. Ça sera encore plus facile pour tous les automobilistes. Il est question des rues dans un quartier résidentiel, par exemple la rue Trudel demeurera à 50 km/h. »

« Pour les traverses piétonnes, une analyse sera faite au cours de la prochaine année, poursuit Mme Campagna. Est-ce qu’elles sont suffisantes? Est-ce qu’elles sont à la bonne place? Quel type d’aménagement peut être fait pour chacune des traverses? »

« Il y a suffisamment de patrouilleurs pour une relève au cours des heures de pointe pour répondre à la demande. Pour la nature opérationnelle, on ne divulgue pas le nombre de patrouilleurs par relève, et nous avons une soixantaine de patrouilleurs au total au poste de Shawinigan. Il faut travailler sur les infrastructures puisque Shawinigan n’est pas une ville récente, donc il y a beaucoup de rues qui sont larges. Quand on réaménage des rues, on peut voir des rétrécissements par endroit, ce qui aide à un ralentissement de la vitesse naturellement. On ne voulait pas passer à 30 km/h partout justement pour les zones scolaires, afin de continuer à créer une zone privilégiée aux abords des écoles », explique Bruce Lord, lieutenant responsable du poste de la SQ à Shawinigan.