Je me souviens… 2000-2001, l’année de tous les records

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Je me souviens… 2000-2001, l’année de tous les records
Ici en compagnie de Trevor Ettinger et Zbynek Michalek, le défenseur Marc-André Bergeron était une pièce maîtresse de l'édition 2000-2001 des Cataractes. (Photo : (Photo Archives))

CATARACTES. Qui ne se souvient pas de la saison 2000-2001? Il s’agissait de la meilleure saison à vie des Cataractes de Shawinigan au niveau des victoires (54) et des points (116), devant les formations shawiniganaises de 1982-1983 (52 gains et 106 points) et de 2008-2009 (51 gains et 105 points).

Les 54 victoires représentent le 6e plus haut total de l’histoire dans la LHJMQ, tandis que les 116 points placent les Cats au 5e rang, 6 points derrière les Draveurs de Trois-Rivières (122) de 1978-1979.

le défenseur Marc-André Bergeron était une pièce maîtresse de l’édition 2000-2001 des Cataractes

En attaque, Dominic Forget (47 buts – 141 points), Radim Vrbata (56 buts en 55 matchs: 120 points), Jason Pominville (46 buts et 113 points) et le Shawiniganais Jonathan Bellemare (34 buts et 95 points) faisaient la pluie et le beau temps. De son côté, le Latuquois Anthony Quessy était adulé des fans, récoltant pas moins de 267 minutes de pénalité. Il avait – en plus – inscrit 20 buts et 50 points à sa fiche.

«C’était une équipe vraiment talentueuse et soudée. On avait un respect mutuel et chaque joueur avait son rôle. On n’avait pas beaucoup de failles. Au début de l’année, les attentes n’étaient pas si élevées. On avait un bon noyau de joueurs et nous avons ajouté les pièces manquantes à la période des transactions. On avait tout un trio d’entraîneurs avec Denis Francoeur, Benoit Groulx, qui est rendu dans la Ligue américaine de hockey (LAH), et René Perron, qui est une sommité dans le monde du hockey en Mauricie», a-t-il confié.

«J’étais un bon leader, mais aussi un gars intense qui dérangeait beaucoup. J’étais capable de défendre mes coéquipiers, mais aussi de scorer des buts et de frapper. J’étais un gars avec de la fougue, un genre de Brendan Gallagher et Andrew Shaw. J’aimais ça quand ça brassait! J’aimais donner l’énergie à mes coéquipiers, et à la foule en même temps.»

5 Joueurs de la LNH

Radim Vrbata – 1057 matchs

Alexandre Ménard Burrows – 913 matchs

Jason Pomminville – 1030 matchs

Zbynek Michalek – 784 matchs

Marc André Bergeron – 490 matchs

Le défenseur Marc-André Bergeron en a quant à lui profité pour inscrire le record du plus grand nombre de buts inscrits par un défenseur en une saison avec 42, devant Derrick Walser (41 avec Rimouski) et David Ezard (40 avec Cornwall). Ce record sera difficilement battable dans la nouvelle ère. Seulement Sébastien Bisaillon s’en est approché en 2006-2005 alors qu’il a inscrit 35 filets avec les Foreurs de Val-d’Or. L’ancien record chez les Cataractes appartenait à Daniel Bock, avec 31 buts, lors de la campagne 1988-1989.

«C’était toute une année», se souvient-il. «On avait une bonne chimie. Le Big Apple avait été fréquenté à plus d’une reprise (rires). Je pense qu’on n’a jamais perdu deux matchs de suite cette année-là. Il y a plusieurs gars qui ont monté dans le pro. C’est incroyable que mon record tienne toujours. Peu de temps avant, le record avait été battu et l’année d’avant, Derrick Walser l’avait battu et l’année d’après, je l’ai battu alors je pensais que ce serait battu. Et il n’y a pas grand joueurs qui sont passés proches alors c’est flatteur pour moi de voir cette belle marque qui demeure.»

Année recrue… de rêve?

De son côté, Alexandre Ménard-Burrows amorçait sa carrière junior et la recrue avait amassé 30 points au passage. La saison suivante, il explosait avec 35 buts et 35 passes en 64 matchs.

«Je ne pouvais pas demander mieux comme année recrue, surtout avec Denis Francoeur et Benoit Groulx derrière le banc. Au niveau personnel, je me suis amélioré pendant toute la saison et j’ai appris beaucoup. J’ai vraiment réalisé que je pouvais compétitionner dans le circuit», confie-t-il.

«On avait tellement une bonne équipe, des bons systèmes de jeu, une grosse attaque et des partisans passionnés. C’était une année spéciale!»

Devant le filet, Frédéric Cloutier avait récolté 42 victoires, bon pour le 7e rang historique de la LHJMQ. Depuis, seulement deux gardiens ont réussi l’exploit, soit Zachary Fucale (45) avec Halifax et Nicola Riopel (43) avec Moncton.

L’ancien gardien des Nordiques de Québec, Jacques Cloutier, trône au sommet avec une saison de 58 gains en 1978-1979 alors qu’il s’alignait avec les Draveurs de Trois-Rivières. La saison précédente, Cloutier avait eu 46 victoires, ce qui lui confère également le 2e rang dans l’histoire de la LHJMQ.

L’entraîneur-chef de l’époque, Denis Francoeur, est quant à lui à égalité au 4e rang de l’histoire avec 54 victoires, 4 de moins que Dominique Ducharme 58 et Michel Bergeron 58.

«On avait une grosse machine de hockey! Nous n’avions pas perdu deux matchs de suite en 105 matchs de saison régulière, une séquence étalée sur deux ans. On gagnait souvent par des pointages élevés. Ça ne s’est jamais revu une saison de 375 buts», témoigne-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des