«La Classique n’a pas envoyé de liste d’exigences»

Par superadmin

CLASSIQUE DE CANOTS. Le président de la Classique internationale de canots de la Mauricie, Stéphane Boileau, nie que la Classique a fait parvenir une liste d’exigences à la municipalité de St-Roch-de-Mékinac concernant l’arrivée de la première étape de l’événement.

Le quotidien Le Nouvelliste dévoilait hier matin une liste de plusieurs demandes provenant de la Classique de canots, fournie par le maire de Saint-Roch-de-Mékinac. La liste inclurait notamment un chapiteau 20X30, deux chapiteaux 20X20 avec une section réservée aux athlètes, un espace pour stationner 75 véhicules (organisation et athlètes), trois prises de 50 ampères 220 volts pour les besoins électriques et une contribution financière de 5000$.

«Ne prenez pas au pied de la lettre ce qui sort comme ça! Ce n’est pas ça! C’est mal sorti. La Classique n’a pas envoyé de liste d’exigences. Ça ne s’est pas passé de cette façon. Catherine [Beaudoin Duval, la directrice générale] vous racontera ça en temps et lieu», a brièvement commenté Stéphane Boileau.

Par voie de communiqué, la direction générale indique que «dans le cadre du nouveau plan de développement stratégique de la Classique, les exigences techniques ont augmenté pour l’édition 2014».

«La possibilité d’une finale de la première étape à St-Roch-de-Mékinac a été écartée suite à la visite des sites potentiels, puisqu’ils ne répondaient pas aux besoins. La municipalité de St-Roch a fait parvenir une résolution demandant à l’organisation de maintenir la première étape dans leur municipalité, soutenant qu’ils détenaient les installations nécessaires. L’organisation a donc envoyé le détail des besoins techniques afin de justifier l’impossibilité de tenir un site d’activité sur ces lieux», précise l’organisation.

«Il n’a jamais été question que la ville fournisse les chapiteaux. Les demandes comportaient l’espace suffisant pour les nouveaux aménagements, des besoins électriques normaux (3 prises de 50 ampères 220 volts) ainsi qu’un accès suffisant à la rivière pour que le public puisse profiter pleinement de l’événement. En regard à la contribution financière, le montant demandé est élaboré en fonction de la visibilité proposée à chacune des municipalités impliquées et les prix proposés sont tout à fait raisonnables. Il est important de préciser qu’il s’agissait d’un document confidentiel qui était destiné au conseil municipal de St-Roch», ajoute la direction de la Classique de canots qui affirme avoir voulu «offrir d’autres types de visibilité à la municipalité», mais qu’elle aurait refusée, «laissant croire que c’était l’étape ou rien».

L’arrivée

Concernant le lieu de l’arrivée de la dernière étape, M. Boileau affirme que l’organisation de la Classique n’est pas à la dernière minute et que des négociations sont en cours avec des sites.

«Ne vous fiez pas à une déclaration. Il y a des négociations pour le point d’arrivée. Les canotiers ont été consultés. Le travail se fait dans les règles de l’art. Il n’y a rien de dramatique en ce moment. On n’annoncera pas le lieu de l’arrivée tant que ça ne sera pas signé. On pense que le tout sera réglé autour du 6 août», conclut-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des