La fin d’un cycle pour la SADC Shawinigan

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
La fin d’un cycle pour la SADC Shawinigan
Simon Charlebois, directeur general de la SADC du Centre-de-la-Mauricie. (Photo : courtoisie SADC du Centre-de-la-Mauricie)

ÉCONOMIE. La SADC Centre-de-la-Mauricie (3 703 850$), le Fonds LaPrade (1 026 000$) et Stratégie Jeunesse (520 000$) ont investi la somme record de 5 250 000$ en 2019-2020 pour créer et/ou maintenir 508 emplois mais tous les éléments pointent vers la fin d’un cycle.   

La SADC et le Fonds LaPrade ont tenu le 18 juin dernier par visioconférence leur assemblée générale annuelle pour l’année se terminant le 31 mars 2020. Derrière les bilans positifs dressés par leur président respectif, Jacques Samson et France Brisson, les explications du directeur général Simon Charlebois ne laissaient planer aucun doute: un cycle baissier d’investissements s’annonce.

La COVID-19 est évidemment premier responsable de ce phénomène. «Il n’y a plus aucun dossier d’investissement en cours actuellement. À l’inverse, 60% des 160 entreprises de Shawinigan que nous finançons ont demandé un moratoire sur le remboursement de leur capital», explique Simon Charlebois qui dit que les PME œuvrant dans les domaines de la restauration et du tourisme sont particulièrement à risque.

C’est aussi à la COVID-19 que le directeur général attribue les montants substantiels que la SADC (94 170$) et le Fonds LaPrade (87 000$) ont approvisionné en prévision de mauvaises créances. «Nous sommes traditionnellement conservateurs à ce chapitre, c’est-à-dire que nous n’attendons pas que l’entreprise en difficulté soit chez le syndic avant de faire des provisions. Si elle s’en tire, c’est tant mieux et on remet les montants dans nos actifs.»

FARR épuisé en 10 jours

La SADC qui avait reçu au début du mois de juin environ 1 million$ du gouvernement fédéral pour gérer le programme FARR, destiné à venir en aide aux PME à traverser la tempête causée par la COVID-19, a épuisé la somme en moins de dix jours. «Une quarantaine d’entreprises ont bénéficié du volet financement tandis qu’une trentaine ont été acceptées pour le volet expertise. Les SADC du Québec ont demandé à la ministre Mélanie Joly si d’autres fonds pouvaient être débloqués, car ça répond vraiment à un besoin», poursuit Simon Charlebois.

Autre facteur qui milite vers un ralentissement des investissements, la SADC locale a atteint le plafond de prêts qui lui est autorisé. «On a eu tellement de dossiers dans les dernières années que nous même dû emprunter auprès d’autres SADC qui avaient encore des liquidités contrairement à nous. Mais là, on a atteint le maximum qui nous est permis et on doit attendre que nos prêts nous soient remboursés afin de pouvoir prêter à d’autres.»

Dans ce contexte, le Fonds LaPrade pourrait jouer un plus grand rôle dans les années à venir puisqu’il pourra compter sur le retour de ses investissements dans le Fonds Cycle C3E (efficacité énergétique) et Fonds V3 Venture (TI). «Le Fonds LaPrade a investi 500 000$ dans le premier et 100 000$ dans le second en 2010 et généralement, ces fonds remboursent leurs contributeurs après 10 ans.»

Changement de nom

La SADC a aussi profité de son AGA pour changer officiellement son nom qui sera dorénavant SADC Shawinigan au lieu de Centre-de-la-Mauricie. «Depuis l’été 2019, nous nous occupons exclusivement des entreprises de Shawinigan. Notre-Dame-du-Mont-Carmel est maintenant desservi par la SADC Vallée-de-la-Batiscan tandis que Saint-Boniface, Saint-Mathieu-du-Parc, Saint-Élie-de-Caxton et Charette relèvent de la SADC de la MRC de Maskinongé», explique le directeur général. Développement Économique Canada ayant voulu ainsi calquer le territoire de ses SADC sur celui des MRC.

Investissements des cinq dernières années : 16 564 711$

  • 2019-2020…………. 5 249 850$
  • 2018-2019………….. 3 861 196$
  • 2017-2018………….. 2 096 338$
  • 2016-2017………….. 3 304 301$
  • 2015-2016………….. 2 053 026$
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des