La ligne de flottaison de Josette Villeneuve

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
La ligne de flottaison de Josette Villeneuve
Josette Villeneuve présente l’exposition «Ligne de flottaison» au Centre d’exposition Raymond-Lasnier jusqu’au 15 mars (Photo : Marie-Eve Alarie)

CULTURE. L’artiste Josette Villeneuve aime profondément l’eau. Pour ce qu’elle symbolise, certes, mais aussi pour cette sensation d’apesanteur lorsque l’on nage, le silence lorsque l’on a la tête sous l’eau.

C’est aussi l’eau qui a guidé la création des œuvres de l’exposition «Ligne de flottaison» qu’elle présente au Centre d’exposition Raymond-Lasnier, à la Maison de la culture.

Avec cette nouvelle exposition, l’artiste shawiniganaise présente, à l’aide de trois techniques différentes, le dialogue qui s’établit autour de l’identité personnelle et des problématiques actuelles liés à l’environnement.

«Pour un événement spécial à Montmagny, j’avais utilisé des Méga Bloks pour une installation. À un moment, j’ai vu un cargo naviguer au loin sur le fleuve. C’est là que le déclic s’est fait dans ma tête. J’avais travaillé avec les pixels avec les Méga Blocks et ça m’a rappelé les conteneurs chargés sur les bateaux cargos», raconte Josette Villeneuve.

D’un côté de l’exposition, les cargos, imposants, lourds et chargés, et de l’autre, toute en fluidité, des enfants qui s’amusent dans l’eau libre. La fluidité du coup de pinceau et des nuances de bleu contraste fortement avec le côté chargé des bateaux cargos.

Josette Villeneuve a également travaillé avec des étiquettes de vêtement qu’elle a cousues en de grands formats. C’est à partir d’une impression de ce collage d’étiquettes qu’elle a créé le canevas de base des œuvres représentant les bateaux cargos, d’où l’impression de chargement et de lourdeur qui se dégagent des œuvres.

De l’autre côté, l’artiste expose une proposition plus intime. On y discerne des corps nageant dans les vagues. «Alors que mes petits-enfants s’amusaient dans l’eau, je les ai filmés. C’était émouvant de les voir comme ça. Je me suis inspirée de ces photos pour peindre ces œuvres sur du papier libre. On sent que la section sur les nageurs s’ancre plus dans le plaisir et la fluidité, jusqu’au papier qui est utilisé», explique-t-elle.

Les Méga Bloks sont aussi présents dans l’exposition, l’artiste ayant conçu des bancs, en forme de conteneur, avec les blocs. L’œil avisé remarquera une porte et une fenêtre par-ci par-là à travers la masse de blocs colorés.

«Je pense que chaque personne va capter quelque chose de différent à la vue de ces œuvres, que ce soit un angle plus politique ou non. Je sais que je parle d’environnement à travers ces œuvres, mais je n’y pense pas dans l’action de création», note-t-elle.

La réalisation de ces œuvres en 2018 et 2019 a également permis à Josette Villeneuve de revenir un peu au travail en atelier, elle qui s’était surtout consacrée à des projets dans la communauté.

«Je suis satisfaite du résultat. C’est vraiment mon univers», souligne-t-elle.

Elle présentera bientôt deux projets de maquette pour des œuvres du 1% et participera au projet «Remixer ma ville» d’Émilie Duchesne l’été prochain.

Un bloc à la fois

En lien avec l’exposition «Ligne de flottaison», le Centre d’exposition Raymond-Lasnier propose une activité ludique pour les enfants le 4 mars à 10h. L’activité permettra aux enfants de réaliser des constructions simples à l’aide de ces petits blocs colorés. Des notions de sculpture et de dessins seront aussi mises de l’avant. C’est gratuit, mais il faut réserver au préalable au 819 380-9797.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des