La passion d’une vie récompensée

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
La passion d’une vie récompensée
C'est l'Association des retraités de l'enseignement du Québec (AREQ) qui a soumis la candidature de Michel Sokolyk pour la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés. (Photo : courtoisie Michel Sokolyk.)

DISTINCTION. Indéfectible observateur la faune et de la flore par l’intermédiaire de sa lentille, Michel Sokolyk a vu récemment la passion d’une vie entière mise en lumière en recevant la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés.

Cette distinction est attribuée à une personne qui, par son engagement bénévole soutenu, a contribué au mieux-être de son milieu. Dans le cas du résident du secteur Saint-Gérard-des-Laurentides, c’est son travail de sensibilisation à la conservation de l’environnement auprès du grand public qui été récompensé.

Depuis maintenant plus de soixante ans, Michel Sokolyk  a constitué une banque de centaines de milliers de photos d’oiseaux, de plantes, d’insectes, de fleurs sauvages, de la flore et de paysages qui constituent un regard unique sur la nature québécoise. Ces images ont ensuite servi à illustrer de nombreux livres auxquels il a collaborés ou lui-même signés, des calendriers, des affiches, des conférences, etc. L’homme a même fait don d’une collection de 130 000 images au Jardin botanique de Montréal.

Michel Sokolyk.

Cette passion, le photographe l’a toujours alimenté en dehors de son travail d’enseignant. «C’est un travail de solitaire» confie Michel Sokolyk qui retourne sur le terrain chaque année des mois d’avril à novembre. «Ensuite, c’est le travail de moine qui commence», relate celui qui classifie méticuleusement chacune de ses photos durant la saison hivernale.

Changements climatiques

À arpenter la nature de long en large comme il le fait depuis des dizaines d’années, le photographe est bien positionner pour constater les effets des changements climatiques. «Ici dans la vallée à Saint-Gérard, il y a plein d’oiseaux qui ont disparu comme l’hirondelle à front blanc, l’hirondelle rustique, la sturnelle des prés, le pic à dos noir, le pic tridactyle, le butor. Puis à l’inverse, on voit apparaître les dindons sauvages et l’urubu à tête rouge. La bernarche qui s’en allait au nord pour nicher le fait maintenant dans les milieux urbains comme à Montréal et même à Toronto. Une chose est sûre, on en perd plus qu’on en gagne», souligne-t-il avec inquiétude.

Précédant la remise de la médaille par le Lieutenant-gouverneur lui-même lors d’une cérémonie se déroulant au Collège Shawinigan, le lauréat a eu droit à une présentation éloquente résumant bien la passion qu’il voue à la photographie et à l’environnement depuis sa tendre enfance: «M. Sokolyk, photographe de la nature, sème la beauté et milite pour la préservation et la conservation des éléments naturels en les photographiant et en les laissant en place. Il est aussi un exemple de patience et de persévérance, pouvant  parfois attendre des heures le moment propice pour photographier un élément. Vulgarisateur, il donne des conférences, des conseils et contribue au respect de l’environnement.»

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des