La popularité de la randonnée pédestre ne s’essouffle pas

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
La popularité de la randonnée pédestre ne s’essouffle pas
La clinique organisée par le Club de marche Moi mes souliers a attiré 37 personnes. (Photo : courtoisie)

Toutes les fins de semaine, ils sont une trentaine de randonneurs à participer aux randonnées du Club de marche Moi mes souliers.

Cet hiver, les activités du Club de marche entraîneront les membres aux quatre coins de la région, comme à Grandes-Piles, Hérouxville, La Tuque et au parc national de la Mauricie, ainsi qu’à Saint-Tite-des-Caps et à Saint-Raymond-de-Portneuf.

Le Club est actif à raison de 11 mois par année. Si la centaine de membres provient en bonne partie de Trois-Rivières et Shawinigan, on y retrouve aussi plusieurs randonneurs résidant entre Hérouxville et Saint-Wenceslas, en passant par Louiseville.

Différents niveaux de difficulté sont proposés en fonction des randonnées à l’horaire. Le Club s’organise pour que celles de la fin de semaine, les plus populaires, soient moins difficiles afin de permettre à un plus grand nombre de membres d’y participer.

«C’est agréable. On se concentre sur le moment présent, on bouge toutes nos articulations. Il y a toujours des anecdotes qui se pointent. C’est aussi agréable de marcher avec des gens qui partagent la même passion», souligne Denise Goulet, présidente du Club.

Denise Goulet a rejoint le Club de marche Moi mes souliers en 2012. Ses enfants étaient plus vieux et elle souhaitait se remettre en forme. «J’ai toujours aimé la randonnée pédestre. C’est ce qui m’a poussée à m’inscrire. Le seul prérequis est d’avoir un minimum de forme physique pour suivre le groupe. Mais il y a des randonnées de différents niveaux de difficulté. On découvre aussi de nouveaux endroits au Québec. On s’est aussi rendu un peu au nord des États-Unis», explique la présidente de l’organisation.

Le 18 janvier, la Club a offert une clinique de plein air pour ses membres. Pour l’occasion, le randonneur Alain Phaneuf, ainsi que les spécialistes en plein air Ghislain Rheault et Yves Lamothe, de Maïkan Aventure, ont offert des ateliers portant sur l’ABC du randonneur d’une journée, les crampons, raquettes et skis de fond, de même que les vêtements multicouches.

«Il n’y avait jamais eu de clinique de la sorte auparavant au sein du Club. Ça été très utile et c’était l’opportunité de donner de la bonne information à nos nouveaux membres, entre autres, pour se préparer à une randonnée. Le fait d’entendre les informations et de voir, par exemple, comment bien remplir son sac avant une randonnée, c’est un avantage», précise Denise Goulet.

L’activité a également permis de recruter 13 nouveaux membres durant la soirée, dont plusieurs âgés dans la vingtaine. En moyenne, les randonneurs sont âgés au début de la cinquantaine.

Cette année, Mme Goulet se donne pour défi de dénicher de nouveaux sentiers où faire les randonnées, puisque le Club Moi mes souliers en a déjà arpenté de nombreux aux quatre coins du Québec.

L’organisation commence également à jumeler les randonnées avec des activités pour permettre aux membres de continuer à sociabiliser entre eux.

La programmation complète des activités de la saison hivernale est disponible au www.moimessouliers.com. Les personnes intéressées à devenir membres peuvent communiquer avec Louis Giroux au 819 373-1109.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des