«La vie ne s’arrête pas à 60 ans!» – Claude Bujold

Par superadmin

Un groupe d’aînés se lancera dans un défi hors du commun en juin: descendre la rivière George en canot, pour une distance de 731,4km en 30 jours. Cet exemple de courage et de détermination mènera vers un documentaire télévisuel, qui mettra en valeur le peuple inuit et les richesses naturelles du Québec.

Le groupe, composé de Claude Bujold (Shawinigan, 66 ans), Gilles Duchesne (Rimouski, 62 ans), Denis Jobin (Québec, 60 ans) et Marie-Josée Auclair (Montréal, 61 ans) sera accompagné de deux cinéastes lors de sa traversée de la rivière George, entre Sherville et Kuujjuaq.

«Il y a quelques années, j’ai proposé à mes amis d’aller sur la rivière George, mais il y avait toujours des désistements. Cette année, je me suis dit que même si personne ne venait, je me lancerais tout de même dans cette aventure. Ils ont finalement décidé d’embarquer dans le projet. Pour les gens qui aiment la nature au Québec, c’est vraiment la rivière par excellence, autant pour son niveau de difficulté que sa longueur. Il n’y a pas beaucoup de rivières aussi longues, qui passent du sud vers le nord. On va y retrouver une faune aquatique incroyable», a raconté le Shawiniganais Claude Bujold.

Pour s’assurer de réaliser la traversée de manière sécuritaire, chaque membre de l’équipe doit s’assurer d’être en bonne condition physique, afin d’être en mesure de ramer et faire un portage efficace une fois sur le terrain. «J’ai déjà fait plusieurs rivières, mais ce sera mon plus gros défi. Des gens de 60 ans qui réussissent un tel projet, il n’y en pas beaucoup. J’ai un surpoids et je dois m’entraîner tous les jours. Je fais de la musculation le matin et de la marche deux fois par jour, peu importe les conditions météorologiques. Ce sera la même chose lors de notre défi. Ça serait mentir de dire que c’est facile. Ça demande des efforts, mais je suis très motivé et j’ai beaucoup de détermination. La rivière George, c’est mon projet de retraite», a fièrement lancé le cinéaste, qui demeure aujourd’hui dans la région de Québec.

Un documentaire de 90 minutes sur la traversée de la rivière George et une possible télé-réalité sont dans les plans pour le printemps 2015. «Par ce projet, on veut démontrer que la vie n’arrête pas à 60 ans, que nous sommes capables d’atteindre nos objectifs. Je suis un maniaque de photographie et par le documentaire, nous voulons montrer les richesses naturelles que l’on retrouve sur la rivière George et mettre en valeur le peuple inuit. Nous avons d’ailleurs eu des discussions avec des chaînes de télévision pour un projet de télé-réalité. Je souhaite également que le site internet devienne une référence pour les amoureux de la nature».

Un amour né en Mauricie

Le projet de la rivière George n’aurait pu voir le jour sans cet amour pour la nature de Claude Bujold. «À l’âge de cinq ans, je suivais mon père en raquette et c’est vraiment là que je suis tombé en amour avec la nature. C’est une fierté pour moi de venir de Shawinigan. Je connais la rivière Saint-Maurice comme le creux de ma main et je vais d’ailleurs amener le groupe dans le coin pour un entraînement avant notre départ».

Rendez-vous sur le site www.rivieregeorge.com pour tous les détails sur cette expédition hors de l’ordinaire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des