L’Afghanistan de Steve Jourdain

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Au cours de sa carrière, le major Jourdain a été appelé à remplir des missions en Haïti en 1997 et en Bosnie en 2002. Rien de comparable cependant avec ce qu’il a vécu en 2009 en Afghanistan.

À LIRE AUSSI: Un Shawiniganais aux commandes

«Une expérience exceptionnelle», raconte-t-il. À environ 35 km à l’ouest de Kandahar, le Shawiniganais était à la tête d’une compagnie de 153 soldats à laquelle avait été greffé un contingent de 250 militaires afghans. «Une citadelle dans le désert, en pleine zone de combat contre les Talibans. Chaque jour était un défi», confie le lieutenant colonel.

Le danger était omniprésent comme en témoigne la mort de deux de ses hommes durant la mission. Lui-même a été impliqué de près dans d’intenses combats, dans ce que les militaires appellent dans leur jargon un close call. «Ce n’est pas une situation facile mais ça ne remet pas en question ton engagement. Être soldat, ce n’est pas une job qu’on choisit, c’est une vie.»

Être sur la ligne de front durant une longue période n’est pas sans conséquence au retour au Québec. «Ça prend une certaine période pour revenir à la vie normale, reconnaît-il. Dans mon cas, ça m’a pris presque un an pour réapprendre à relaxer.»

L’adrénaline est à son comble et les sens sont en éveil 24 heures sur 24. «Dans une salle de classe par exemple, toute ton attention va être portée sur un gars qui, quatre ou cinq rangées devant toi, joue avec son crayon sur le bureau. C’est très difficile de rester concentrer.»

Une fois cet équilibre retrouvé, le major Jourdain s’est attelé à l’écriture d’un livre pour relater son expérience dans le désert afghan. «Ça va s’appeler Mon Afghanistan Récit d’un commandant au combat parce que chaque soldat qui a été là-bas a sa propre Afghanistan à raconter. À ma connaissance, il n’y a pas d’ouvrage francophone encore écrit sur ce conflit.»

Il racontera au quotidien sa propre expérience, la vie des membres de sa compagnie, la mort de ses soldats, etc. Il a approché un éditeur français et projette de publier le livre en 2014 alors que le Royal 22e Régiment célébrera son 100e anniversaire. «Ça se voudra un hommage à ce qu’on a fait, pas un projet controversé», termine-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des