L’analyse du Centre des arts commencera bientôt

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
L’analyse du Centre des arts commencera bientôt
Bryan Perreault, directeur général de Culture Shawinigan. (Photo : Hebdo Patrick Vaillancourt)

CULTURE. Le monde culturel a vécu des moments difficiles en cette année particulière et rien n’est terminé. Les spectacles sont souvent planifiés un an à l’avance sinon plus, mais cela est impossible à réaliser avec la pandémie qui se poursuit.

L’Hebdo a rencontré le directeur de Culture Shawinigan Bryan Perreault pour savoir comment une programmation peut être planifiée dans le contexte actuel.

«C’est une année difficile. Le problème qu’on a, c’est qu’on ne peut pas établir une programmation en un mois. Il faut être six mois à l’avance. C’est à la fin août qu’on a su ce qu’on ferait de septembre à décembre. On attend le mois de novembre pour savoir comment on va enligner notre saison 2021. Même si la pandémie s’arrêtait en janvier avec la découverte d’un vaccin, on est hypothéqué pour le printemps parce qu’on ne peut pas se revirer sur un 10 cennes. Ça ne fonctionne pas comme ça une programmation culturelle. On est toujours un an, même un an et demi d’avance. Présentement on fonctionne par mois, et pour la programmation on essaie d’être six mois à l’avance.»

Tout dépend de l’évolution de la pandémie, mais au moment d’écrire ces lignes, la Mauricie se trouvait toujours dans la zone orange. «On va recommencer à présenter des spectacles au centre des arts probablement, et c’est un gros probablement, au mois de décembre. On sera prêt à partir de janvier prochain pour des spectacles à 250 personnes. C’est un casse-tête hallucinant. J’ai des spectacles pour le printemps qui sont complets, mais je ne peux pas penser à les présenter dans une salle complète.»

Pour Bryan Perrault, tout le monde culturel est en mode survie. «On est en mode survie et c’est grâce aux subventions. Mais si on devait être reconfiné et qu’on ait plus droits aux subventions, je ne sais pas ce qu’on ferait», se questionne le directeur.

Si le printemps prochain demeure en mode survie au printemps prochain, M. Perreault anticipe que l’été prochain soit en mode retour pour la culture et les spectacles. «Tous nos spectacles d’Un été signé Shawinigan sont presque tous reconduits pour l’été prochain. On est à regarder ce qu’on va faire pour le spectacle Phénix pour l’été prochain. Mais on doit y aller saison par saison.»

Lors du grand confinement en mars dernier, le nombre d’employés permanents à Culture Shawinigan est passé de 19… à 5. «J’ai été capitaine pendant deux mois et demi d’un vaisseau fantôme! Avec le remboursement de 75% du salaire provenant du gouvernement fédéral, j’ai été capable de faire rentrer tranquillement l’équipe. Avec les spectacles de cet automne qui sont prévus à la Maison de la culture Francis-Brisson, tout le monde travaille.»

Afin d’aider les entités culturelles, Québec a récemment annoncé une aide de financière de 50 M$ pour aider le monde culturel à pallier à la perte de revenus liée aux ventes de billets.

Quoi faire avec le Centre des arts?

M. Perreault a révélé à l’Hebdo que les études concernant le Centre des arts allaient bientôt commencer. «C’est une firme spécialisée qui procédera aux différentes études pour connaître ce qui est le mieux pour le Centre des arts… rénovations, nouvelle construction? L’objectif qu’on s’est donné c’est d’avoir une vision claire pour le 15 février prochain. C’est Culture Shawinigan qui a pris en charge de faire faire cette étude pour offrir à la Ville divers scénarios. Mais si on se dit qu’on doit avoir un nouveau centre des arts, il faut savoir ce qu’on va faire avec celui-là, parce qu’il ne sera pas démoli. Une firme externe peut apporter des points qu’on n’avait pas vus. On peut penser que l’étude va coûter entre 30 000 et 50 000$, parce que c’est une étude assez dense qu’on veut.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires