Le bilan le plus positif des cinq dernières années

Le bilan le plus positif des cinq dernières années

Le directeur général Stéphane Boileau (devant) et le directeur des compétitions Dominic Thibault (derrière) ont dressé un bilan positif de la 85e Classique.

Crédit photo : (Photo l'Hebdo Patrick Vaillancourt)

CLASSIQUE. Sans hésitation, le directeur général de la Classique internationale de canots de la Mauricie Stéphane Boileau affirme qu’il s’agit du bilan le plus positif des cinq dernières années depuis qu’il est en poste avec 316 athlètes qui ont pris part à la compétition toutes catégories confondues.

En passant de 221 athlètes l’an passé à 316 cette année, cela représente une augmentation de 43% en terme d’inscription. Et la Classique de canots ne veut pas s’arrêter là. «D’ici 3 ans, on veut doubler les inscriptions pour atteindre le nombre de 500», affirme le directeur des compétitions Dominic Thibault.

Des athlètes provenaient bien entendu du Canada et des États-Unis, mais aussi du Bélize et de Tahiti.

L’organisation de la Classique dresse un bilan plus que positif concernant la diffusion sur le Web de l’événement. Au cours des quatre jours, c’est plus de 75 000 visionnements qui ont été enregistrés. Les publications sur la page Facebook de l’événement a presque atteint les 100 000 personnes atteintes.

«Quand je suis arrivé à la Classique on avait 180 personnes qui nous suivaient sur les réseaux sociaux, et nous sommes rendus à plus de 6000», affirme le directeur général Stéphane Boileau.

Sans aucun doute, s’il existe un seul point positif à nommer pour la 85e Classique est le nombre d’inscriptions pour le directeur général. Et quel est le point principal à améliorer? «Pendant l’événement, on va avoir besoin de plus de monde. J’ai coupé pas mal dans les effectifs l’an passé parce qu’on a eu un manque de revenus à cause de la mauvaise température. J’en ai demandé plus à l’équipe cette année, mais ça ne pourra plus être comme ça année après année. On a eu les chiffres financiers, et j’ai peut-être coupé trop. On devra ajouter une dizaine de personnes l’an prochain. Juste en communications, j’ai besoin de trois autres personnes», conclut M. Boileau.

Poster un Commentaire

avatar