Le difficile recrutement des animateurs de camps de jour

Par Boris Chassagne | Initiative de journalisme local
Le difficile recrutement des animateurs de camps de jour

Plusieurs municipalités lancent leur campagne de recrutement d’animateurs de camps de jour pour cet été. Mais elles risquent de faire face à une pénurie de personnel. Le recrutement passe à la vitesse supérieure.

La Ville de Shawinigan craignait que la pénurie de main-d’œuvre ne devienne un enjeu cet été. Pour y parer, elle a investi les médias sociaux et de masse pour étaler son offre. Elle a martelé son message pendant près de deux semaines en mars dernier en faisant de la publicité à la télé, sur les réseaux sociaux et dans d’autres médias.

«C’est difficile, mais ça fonctionne. Ça va un peu mieux cette année que l’an passé. L’année dernière, les jeunes avaient le choix de la PCU», précise Ève Chamberland du service des communications et des relations avec les citoyens de la Ville de Shawinigan.

Les candidats et candidates sont évalués cette fin de semaine. On compte d’ailleurs, parmi les candidats, plusieurs adolescents. La ville espère embaucher entre 50 et 60 moniteurs. Ils seront chargés de distraire et de surveiller vos enfants. Elle se dit même encore ouverte à recevoir d’autres candidatures aux postes de moniteur, mais aussi de sauveteurs. Et «on espère qu’ils vont être de retour l’an prochain.»

«L’enjeu principal c’est qu’il y a la COVID!, rappelle Mme Chamberland. Les ratios sont réduits. C’est tout un casse-tête au niveau des emplacements, des horaires, du nettoyage et des activités. Les moniteurs doivent toujours rester avec le même groupe. L’autre enjeu, c’est que le Centre de services scolaire de l’Énergie procède à de nombreux travaux. Cela fait en sorte qu’il y a moins de locaux disponibles par endroit. La collaboration entre la Ville et le Centre de services scolaire est excellente.»

Les citoyens pourront inscrire leurs enfants en ligne dès le jeudi 13 mai via shawinigan.ca/campdejour. Le nombre de places est encore limité à environ 300 jeunes, comme l’an dernier, les services de la Ville étant amputés de moitié. La priorité sera accordée selon la formule habituelle du «premier arrivé, premier servi». Comme toujours, ces camps sont réservés aux enfants de Shawinigan nés avant l’année 2015, âgés entre 5 à 12 ans. Les camps s’ouvrent le 28 juin et vont s’étendre sur 7 semaines si tout va bien. Les tarifs s’élèvent à 310$ pour le 1er enfant, 270$ pour le 2e et 230$ pour le 3e.

Mesures sanitaires renforcées

La Ville de Shawinigan va bien sûr observer toutes les directives que va lui imposer la Santé publique et de l’Association des camps du Québec. En fait, elle suivra les mêmes consignes qu’en 2020. Les mesures spécifiques mises en place seront en temps opportun transmises aux parents des enfants inscrits.

La ville maintient aussi son programme d’accompagnement en loisirs afin de «favoriser l’intégration au camp de jour régulier d’enfants présentant des besoins particuliers. La Ville s’engage à soutenir cette clientèle», affirme Mme Chamberland. Les parents qui souhaitent s’en prévaloir devaient faire la demande au plus tard ce mardi 13 avril. Ils devront ensuite s’inscrire aux camps de jour le 13 mai prochain.

La situation risque fort d’évoluer d’ici cet été, dans le bon ou dans le mauvais sens. Shawinigan, forte de l’expérience de la dernière année se dit prête à réagir rapidement. «On n’est jamais à l’abri de changements de dernière minute. À pareille date l’an passé, on était pas mal dans le gros de la première vague», souligne Mme Chamberland.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires