Le IGA Extra famille Baril pense aux bedaines pleines des enfants

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Le IGA Extra famille Baril pense aux bedaines pleines des enfants
Sur la photo, on aperçoit Murielle Magnan et son conjoint André Mélançon, en compagnie de Séléna et Claude Baril du IGA Extra famille Baril. (Photo : l'Hebdo Patrick Vaillancourt)

GÉNÉROSITÉ. Depuis maintenant cinq ans, le IGA Extra famille Baril de Shawinigan s’implique avec Mme Marielle Magnan afin que les enfants de six écoles de Shawinigan puissent avoir «Les petites bedaines pleines» afin de favoriser leur réussite à l’école, et ce, tout au long de l’année scolaire.

Lors des cinq dernières années, le IGA Extra donnait pour 20 000$ en nourriture pour l’organisme. Pour les deux prochaines années, la somme a été bonifiée à 25 000$ pour un total de 50 000$.

«Mme Magnan qui a un cœur grand comme un autobus scolaire est venue nous voir il y a cinq ans afin qu’on soit partenaire pour le projet des petites bedaines pleines, explique Séléna Baril, directrice du IGA Extra. Elle soutenait 100% du projet financièrement pour fournir des collations et des diners pour les enfants défavorisés. La demande devenait plus grande, et elle n’était pas capable de donner ce qu’elle voulait. En voyant sa passion pour les enfants, on n’a pas eu d’autre choix que d’embarquer avec elle.»

L’organisme vient en aide aux enfants de six écoles: St-Jacques, Antoine-Hallé, St-Paul, St-Joseph, Immaculé-Conception, et Shawinigan High School. L’organisme contribue également avec le projet d’aide aux devoirs Passeport pour ma réussite.

«On a choisi cet organisme parce que les besoins sont criants et ce ne sont pas tous les enfants qui peuvent avoir une saine alimentation. En plus, ça ne demande pas d’infrastructures supplémentaires aux écoles. Avec Mme Magnan, on sait que les denrées vont aux enfants qui en ont vraiment besoin. Les enfants sont ciblés par les intervenants directement dans le milieu des enfants», ajoute Séléna Baril.

«Toutes les causes sont importantes, mais il n’y a rien qui est plus important que les enfants qui ne mangent pas à leur faim», exprime le propriétaire du commerce, Claude Baril.

«Il y a même des enfants qui pour eux, c’est normal de ne pas manger. Mais ce n’est pas normal. Je remercie le IGA Extra pour l’appui dès le début», indique Mme Magnan.

De son côté, le directeur de l’école Immaculé-Conception Mario Boulanger a témoigné de l’importance et de l’impact des petites bedaines pleines. «Je vois les enfants sur le terrain qui en profitent, et ça fait une grande différence. Si on ne sent pas des partenariats comme ça, il nous manque des petits morceaux parce qu’on en demande toujours plus aux directions des écoles. Quand j’entends un enfant dire… M. Mario, il en reste encore! Pour la majorité, c’est courant de voir qu’il y a encore de la nourriture sur la table, mais pas sur la table de ces jeunes-là!»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des