Le judo fête ses 50 ans et son pionnier Tony Tortolano

Par superadmin

Automne 1956, Shawinigan. Dans le local d’une salle de gymnastique de la 4e rue, un immigré italien au fort accent parisien enseigne les rudiments d’un sport inconnu au cérémonial mystérieux à une poignée de curieux. Cet immigré récemment débarqué au Canada s’appelle Antonio Tortolano, rebaptisé Tony par son ami Marcel Thériault.

Ce nouveau sport aux appellations exotiques est le judo, art martial et sport de combat japonais. Cinquante ans et des milliers de judokas plus tard, le judo se pratique partout en Mauricie et toujours là où tout a commencé, au club de judo Saint-Maurice de Shawinigan.

On fête le cinquantenaire du judo

Comme on l’aura compris, 2006 marque le cinquantenaire de l’existence et du club Saint-Maurice et de l’implantation du judo dans la région. Aussi, afin de commémorer cette riche petite histoire et de rassembler amicalement tous les artisans du développement du judo ici, le club de judo Saint-Maurice organise une fête qui aura lieu le 4 novembre prochain au club de golf Sainte-Flore.

Le thème de cette soirée sera: 50 ans de judo en Mauricie: merci Tony! Le coût du billet pour cette soirée est de 35$ incluant le souper. Une exposition de photographies et un montage vidéo feront la part belle aux souvenirs. Bien sûr, à cette occasion, un hommage mérité sera rendu au fondateur du club et du judo en Mauricie, Tony Tortolano, figure importante du sport depuis 1956.

Un peu d’histoire

C’est à Paris, où il vécut de 1948 à 1956, que Tony Tortolano apprend et pratique le judo. Passionné de ce sport, il le pratique avec talent et obtient en moins de huit ans sa ceinture noire et son deuxième grade.

Dès son arrivée à Shawinigan, son ami Thériault, lui-même entraîneur de boxe, l’aide à fonder une école de judo. Après des débuts modestes au centre-ville de Shawinigan, le club Saint-Maurice emménage au sous-sol d’un commerce de vêtements (Doyon) dans la haute ville, avenue Saint-Marc.

C’est là que Jacques «Jack» Tremblay s’initie au judo et qu’il obtiendra sa ceinture noire. Vers 1964, c’est d’ailleurs à Jacques Tremblay que Tony Tortolano confiera les rênes de son école de Trois-Rivières, où les Robert Arbour et Yves Landry seront élèves.

Par la suite, le club Saint-Maurice logera aussi avenue Tamarac, à la palestre municipale, et longtemps au Cégep de Shawinigan. Au début des années 1990, le club revint à une salle privée, d’abord au sous-sol du Gymno de l’avenue de la Station, puis au garage municipal de Shawinigan où il occupe un beau et spacieux dojo depuis 1993.

Soulignons que Tony a su se préparer une relève efficace puisque ses deux fils pratiquent le judo. Robert, le cadet mais l’aîné en judo, a obtenu sa ceinture noire en 1986 et c’est d’ailleurs lui qui dirige le club depuis la fin des années 1990. Quant à l’aîné Gino, cadet en judo qu’il a pratiqué sur le tard, il est devenu ceinture noire en 1995.

Peu de places sont toujours disponibles pour la fête. Les personnes intéressées sont invitées à communiquer avec les organisateurs Michel Rheault (533-4129) et Roberto Tortolano (535-3717).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Anthony Thériault
Anthony Thériault
1 année

Quelle belle initiative. Je suis le fils ainé de Marcel Thériault et très fier de ce que mon papa et Tony ont apporté aux citoyens de Shawinigan. Je leurs souhaite une belle fête.