Le patrimoine sous l’œil de nos artistes

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Le patrimoine sous l’œil de nos artistes
La photographe Emilie Duchesne est celle derrière l’objectif de l’exposition Remixer ma ville au parc des Vétérans. (Photo : l'hebdo Patrick Vaillancourt)

CULTURE. Depuis quelques années, un groupe d’artistes mené par Josette Villeneuve prennent d’assaut les ruelles du centre-ville de Shawinigan pour laisser naître leur côté créatif en peignant les murs, tout en embellissant des endroits insolites. Voilà cette année que s’ajoute une nouvelle démarche intéressante; faire découvrir le patrimoine shawiniganais par la photographie avec la vision de personnes de différentes disciplines.

C’est la photographe professionnelle Emilie Duchesne qui est derrière l’objectif de la nouvelle exposition Remixer ma ville.

On retrouve une série de panneaux installés jusqu’au 14 septembre prochain au parc des Vétérans le long de la promenade du Saint-Maurice illustrant le patrimoine, l’histoire, et certaines icônes de la ville.

Huit artistes de différents milieux contribuent à mettre leurs talents au profit de la photographie, qu’il s’agisse de textile, de sérigraphie, la peinture, la musique ou même la poésie.

«Je voulais créer un projet qui allait rejoindre la fierté des gens de Shawi, on a un patrimoine et parfois on l’oublie, raconte celle qui était également derrière le projet d’embellissement de la gare l’année dernière. C’est un peu l’essence de Remixer ma ville, de prendre ces lieux cultes qu’on ne remarque plus tellement on est Shawiniganais, et on va les revamper à notre sauce. C’est pourquoi aussi le côté multidisciplinaire du projet. J’avais envie de travailler avec la photographie. L’an passé, c’était une œuvre visuelle avec la gare, mais j’avais envie de me pousser plus loin dans ma pratique et sortir de ma zone de confort pour devenir l’outil des autres.»

Par exemple, la costumière Cynthia Pinel a échangé avec la photographe et coordonnatrice du projet, avant de se lancer dans la confection d’un costume aux allures lugubres, pour finalement réaliser la prise de photos au cimetière. «Et ultimement, si c’était une confection artistique, une sérigraphie par exemple, je prenais en photo l’œuvre pour l’exposition. Ils agissaient comme directeur photo, et j’ajoutais mon grain de sel pour l’œuvre collaborative. Avec chaque personne, la façon de travailler a été complètement différente et souvent inédite», ajoute-t-elle.

Le patrimoine ciblé est varié, comme l’hôtel de ville, le presbytère St-Marc, où le mini-putt à Shawinigan-Sud. «Je voulais que ça représente la diversité patrimoniale de Shawinigan, comme les chutes qui sont un incontournable du patrimoine naturel, des églises, du ferroviaire… C’est à partir du mois de mai qu’on a commencé le travail», affirme la photographe.

Toutefois, la pandémie a mis sur la glace le projet initial qui était de faire certains rassemblements à des lieux définis avec une mise en scène établie. «Avec la Covid, ç’a changé un peu nos plans, jusqu’à ce qu’ils annoncent un certain déconfinement. Mais encore, on ne savait même pas s’il ça allait être possible d’exposer des œuvres pour que les gens les voient», explique la Shawiniganaise.

Tout comme le projet Interzone, Emilie Duchesne désirait réunir un groupe d’artistes de différents milieux

Les artistes : Emilie Duchesne, photographe, Josette Villeneuve, artiste multidisciplinaire, Roxanne Lacourcière, artiste textile, Karine Beaulieu, artiste en sérigraphie, Mackie Bordeleau Cloutier, artisane du cinéma, Jeanne Richer, artiste peintre, Joseph Jean Roland Dubé, photographe, Liliane Pellerin, poète et musicienne, ainsi que Cynthia Pinel, costumière.

Interzone

L’exposition Interzone en est à sa troisième apparition dans les rues du centre-ville avec des œuvres de 18 artistes: Lorraine Beaulieu et Philippe Boissonnet, Karine Brassard (Abaka), Gregoire Cusson, Jean-Pierre Gaudreau, Roxanne Lacoursière, Cyndie Lemay, Jean-Jules Soucy.

Un partenariat a également été réalisé avec l’entreprise Rum&Code pour l’utilisation de l’application Culture Go, qui permet de lire un code QR pour obtenir plus d’informations ainsi qu’un parcours pour l’exposition Remixer ma ville.

Il est possible d’obtenir plus d’informations sur chacune des expositions en consultant leur page Facebook respective.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] À LIRE ÉGALEMENT: Le patrimoine sous l’oeil de nos artistes […]