Le téléphone cellulaire au service de la santé

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Le téléphone cellulaire au service de la santé
Jean-Sébastien Boisvert, étudiant au cycle supérieur et candidat au doctorat en génie physique à la Polytechnique de Montréal. (Photo : (Photo Pier-Olivier Gagnon))

INNOVATION. Le téléphone intelligent est pratiquement devenu un appareil indispensable pour ses nombreuses applications et fonctions. Un scientifique originaire de Saint-Étienne-des-Grès, Jean-Sébastien Boisvert, pousse l’audace encore plus loin.

Il tente de développer une nouvelle plateforme intégrée en utilisant la photonique afin de rendre les téléphones intelligents, encore plus intelligents.

L’étudiant au cycle supérieur en génie physique de la Polytechnique de Montréal se penche actuellement sur la conception de senseurs optiques invisibles dans les écrans des téléphones intelligents.

Son projet de recherche consiste à développer, d’ici deux ans, le savoir-faire permettant l’intégration de ces nouveaux senseurs. Ceux-ci pourraient permettre de mesurer le pouls cardiaque, la pression sanguine, le taux de glycémie et d’insuline, d’identifier la présence d’un pathogène et bien d’autres, à partir d’un simple téléphone cellulaire.

«On veut amener le téléphone cellulaire à un autre niveau»

– Jean-Sébastien Boisvert

«On veut amener le téléphone cellulaire à un autre niveau. On souhaite qu’il devienne un instrument de diagnostic sur place dans la vie de tous les jours. On doit créer le nouveau dispositif et trouver le moyen de l’intégrer à l’intérieur du téléphone de manière à le rendre invisible. Le plus compliqué, c’est de composer avec le défi d’espace. Il faut écrire une structure photonique à l’intérieur avec de la fibre optique et un guide d’ondes», explique Jean-Sébastien Boisvert.

Cette avancée technologique s’inscrit dans le concept de la télémédecine. Une fois connecté, cet appareil pourrait recueillir de l’information importante sur le suivi de l’état de santé d’un patient pour ensuite la transmettre à distance et en temps réel à un professionnel de la santé.

«Ça permettrait de faire des suivis actifs des patients et de faire de la prévention active», confie le candidat au doctorat en génie physique de la Polytechnique de Montréal.

Vers un alcootest intégré

De plus, l’étudiant souhaite pousser suffisamment la recherche afin de munir le cellulaire d’un alcootest intégré, d’un senseur de température et d’ajouter une fonction qui permettrait de déterminer les caractéristiques et l’indice de réfraction de la matière.

Pour y parvenir, l’équipe de recherche, composée de cinq étudiants, dont M. Boisvert, se base sur l’oxymètre de pouls, un senseur déjà intégré au cellulaire.

«Il est déjà très populaire et c’est un exemple parfait d’intégration au cellulaire. Notre but, c’est de développer d’autres projets qui visent à ajouter de nouvelles fonctionnalités en utilisant la lumière et la photonique. La fibre optique occupe toujours une place importante dans nos projets de recherche», mentionne le chercheur.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des