Les jardins de nénuphars de Lynn Garceau

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Les jardins de nénuphars de Lynn Garceau
L'exposition À fleur d'eau est une belle collaboration entre l'artiste Lynn Garceau, le 2800 du Parc et J'ai mon appart, respectivement représentés par Steeve Carpentier et Michèle Lafontaine. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

EXPOSITION. D’une certaine façon, le parc national de la Mauricie est à Lynn Garceau ce que les jardins de Giverny étaient à Claude Monet, une source inépuisable d’inspiration.  

L’artiste peintre dévoilera ce samedi 20 juin au 2800 du Parc sa toute nouvelle exposition réalisée dans le cadre du 50e anniversaire du parc national de la Mauricie. Les 32 tableaux de À fleur d’eau sont reliés par la thématique de l’eau et des plantes aquatiques.

Lynn Garceau a créé au fil des ans d’innombrables toiles à partir des paysages du parc, mais cette fois-ci, ce sont ces lacs colonisés par les nénuphars qui ont éveillé la fibre inspiratrice en elle. La Grand-Méroise a été servie puisque l’été dernier lors de ses expéditions pour repérer des scènes, le niveau des lacs étant très bas, l’eau s’est réchauffée, ce qui a provoqué une multiplication des plantes aquatiques.

Sa pièce maîtresse, À fleur d’eau, est une scène du lac Anticagamac dont elle garde des souvenirs précis. «C’est très difficile d’accès. En kayak, j’ai passé par la Zec Chapeau-de-Paille en empruntant la rivière Mattawin. Pendant deux heures, tu la remontes jusqu’à la rivière Anticagamac qui ressemble à un labyrinthe. Et puis tu arrives devant ce lac avec une grande falaise. Ce n’est pas profond et c’est rempli de plantes aquatiques», raconte-t-elle encore émerveillée par son périple.

Fou, Wapizagonke, Dauphinais, Caribou, Adolphe, en Cœur, Écarté, etc.. Autant de lacs parcourus par Lynn Garceau, toujours muni de son appareil photo pour préserver les souvenirs de ces moments. «Je vais au parc national pratiquement toutes les semaines, mais depuis 2008, je le découvre à bord d’un kayak», explique l’artiste-peintre qui avait déjà réalisé une exposition dans le cadre du 40e anniversaire du site en 2010.

Associée à J’ai mon appart

Lynn Garceau a entrepris son processus de création en février, quelques semaines avant l’éclosion de la pandémie. «Quand c’est arrivé, j’ai été pris d’un doute tout d’un coup. Je me demandais si l’exposition était compromise.» Elle avait été approchée avant par Michèle Lafontaine, l’une des instigatrices de J’ai mon appart, qui lui avait demandé de faire don d’une toile. «J’ai pensé à ce projet pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle. C’est une cause qui me tient à cœur et ça m’a motivé pour la suite. J’ai rappelé Michèle et j’ai dit que j’avais le goût de m’associer à leur fondation.»

C’est ainsi que 25% de toutes les ventes qui seront réalisées pendant l’exposition seront remis au projet J’ai mon appart. L’artiste peintre ne s’arrêtera pas là puisqu’elle compte cet été emmené les futurs locataires de J’ai mon appart au parc national pour y créer une œuvre collective qui sera installée dans la résidence.

Le vernissage de À fleur de peau aura lieu le samedi 20 juin de 14h à 16h, au  2800, chemin du Parc National, dans le secteur Saint-Jean-des-Piles. L’exposition se poursuit jusqu’au 12 octobre.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des