Les petites fenêtres colorées de Devon Griffiths

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Les petites fenêtres colorées de Devon Griffiths
Devon Griffiths, artiste-peintre (Photo : courtoisie)

CULTURE. L’aquarelle est habituellement abordée de façon plus traditionnelle. L’artiste shawiniganaise Devon Griffiths bouscule ce préconçu et s’amuse à aborder l’aquarelle sous la forme d’art abstrait.  Le résultat est coloré et empreint de lumière.

«J’aime utiliser l’aquarelle, car l’exploitation de ce médium est illimitée, souligne-t-elle. C’est peut-être aussi plus difficile à apprivoiser. Il n’y a pas de place à l’erreur. J’amène l’aquarelle sur la toile et après, je me permets de compléter avec des techniques mixtes. Je m’inspire beaucoup de la lumière et des jeux de couleur. J’appelle mes œuvres «mes petites fenêtres», car elles illuminent les pièces, à mon sens.»

Elle aime se laisser surprendre par un effet inattendu et unique. Quand elle peint, elle se laisse aller. Devant sa toile blanche, musique dans les oreilles, elle se laisse porter par le moment. Quand l’artiste-peintre s’assoit, elle ignore l’œuvre qui jaillira de ses coups de pinceau. C’est un mystère, un dilemme à résoudre.

Parfois, les paroles de la chanson qu’elle écoute l’amènent sur un chemin insoupçonné. D’autres fois, c’est la discipline qu’elle s’impose, celle de peindre tous les jours, qui lui donne un élan.

«Parfois, la toile sort par elle-même. Ça dépend chaque fois», note-t-elle. L’artiste tente de marier visuellement des éléments contradictoires : puissance et fragilité, opacité et transparence, frénésie et calme.

Devon Griffiths a étudié en arts à l’Université Concordia, à la suite de quoi elle a travaillé comme graphiste. La vie l’a amenée en Floride. C’est là qu’elle a recommencé à peindre, à la table, avec ses enfants et qu’elle a commencé à explorer l’aquarelle.

«Ça fait quatre ans que je peins à temps plein, de façon professionnelle. Je me suis fait la promesse de travailler tous les jours sur ma carrière de peintre», confie l’artiste qui s’est installée à Shawinigan, dans le secteur de Grand-Mère, pour exercer son art.

Ces temps-ci, elle explore également la peinture acrylique, principalement pour les commandes de grand format qui se font de plus en plus nombreuses.

«La pandémie a été difficile pour moi au début. Comme artiste, on a beaucoup de choses prévues à l’avance, comme les symposiums. Ça a été une période difficile. J’ai arrêté de peindre pendant quelques semaines. Je ne pouvais plus donner mes cours. Après, j’ai recommencé à peindre en très grand format, des toiles de quatre pieds par six pieds. C’est le fun comme période d’expression en ce moment», raconte Devon Griffiths.

«Ça m’a aussi fait réfléchir. Le travail d’artiste est très solitaire. Ç’a été difficile de ne plus voir personne durant le confinement. J’étais seule dans mon atelier. J’ai réalisé qu’on était bien dans notre famille, que la vie continue. Je n’ai jamais autant apprécié vivre en Mauricie», confie celle qui a toutefois hâte de retourner dans les symposiums et galeries d’art pour discuter avec d’autres camarades artistes.

Une exposition en préparation

Selon les mesures sanitaires qui seront en vigueur à ce moment, il est prévu que Devon Griffiths présente une exposition solo de ses œuvres à La Petite Place des Arts à Saint-Mathieu-du-Parc en février.

«Ce seront des œuvres abstraites en aquarelle. Ce sont de petites vitrines sur mon art. J’aborde cette exposition de la même façon que je le fais à l’habitude : avec spontanéité et je me laisse guider par les couleurs. J’y présenterai une vingtaine d’œuvres», précise-t-elle.

Jusqu’à présent, elle avait eu l’occasion d’exposer quelques œuvres au restaurant Zélé, ainsi qu’au Trou du Diable.

«Il y a peu de galeries d’art ou de lieux d’exposition officiels dans la région. Une exposition comme celle à Saint-Mathieu-du-Parc revêt donc beaucoup d’importance», ajoute Devon Griffiths.

L’artiste compte aussi participer au prochain Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore.

En attendant, il est possible de prendre rendez-vous auprès de Devon Griffiths pour admirer ses œuvres à son atelier en écrivant à devongriffiths505@gmail.com. Pour un aperçu de son travail : www.facebook.com/sweethaven50 et @sweethaven50 sur Instagram.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires