Les rois du vélocipède

Par Andre Perreault

CHRONIQUE. Cinquante ans d’écriture pour son hebdo régional amène son lot d’imprévu, d’incohérence, d’originalité, d’inédit mais surtout de tendres et chaleureuses souvenances…

Tout récemment, sans même me douter de l’enchantement qui m’était réservé, j’entre à l’établissement du marchand de vélo coin 7ième Avenue et 15ième Rue à Grand’Mère, pour procéder à la mise au point d’un antique "vélocipède repliable", ancêtre de la bicyclette, datant du début de la décennie 1970 et propriété de mon bon ami franco-shawiniganais Jean-Paul Miara. Le sympathique marchand mécano comme première mise en garde m’avise que pour la mise en marche de cet engin à pédales d’une autre époque trop longtemps mis à la retraite , il faudra prévoir une mise de fonds importante." Sa mise en forme et sa mise en service sauront vous satisfaire, je vous l’assure", m’a-t-il certifié. "D’emblée, continua-t-il, la mise en plis complétée, vous aurez un produit récréatif qui permettra de doubler la mise à la revente". Sur le champ, je lui répondis: "Ça me va, procédez, c’est de mise".

Soudain, une dame d’un âge certain, toute menue, ravissante et bien mise m’interpèle en me disant: "Bonjour, M. Perreault, vous avez consacré l’une de vos chroniques à feu mon mari Robert Lemay, le 7 avril 1987. Attendez-moi, je reviens avec en main l’important document que nous avons toujours conservé précieusement, jauni mais intacte".

Après 50 ans, le commerce roule encore à vive allure

À l’image de cette famille aussi vaillante que discrète, j’apprends par des affiches murales exhibées à l’intérieur du commerce adjacent à la résidence familiale que l’entreprise Robert Lemay Bicycles 1994 célèbre cette année son Jubilé d’or de fondation L’entreprise familiale a vu le jour en 1964 grâce aux efforts conjoints de feu papa Robert Lemay et de maman Lorraine Laviolette, la doyenne débordante d’énergie. D’ailleurs, elle célébrera, le 14 octobre 2014, un 87ième anniversaire de naissance. Cette femme de 4 x 20 ans est encore quotidiennement active derrière le comptoir. Les fils Pierre (55 ans) et Marc Lemay (51 ans) en sont les co-propriétaires. Ils ont assuré la relève du paternel en 1994. L’association fraternelle compte sur la généreuse implication d’un employé Denis Richardson. Plus de 800 vélos de toute marque leur sont confiés annuellement à l’atelier de vente et de réparation toujours situé dans l’emplacement d’origine. Pour Pierre, la passion qui l’habite pour les bicycles d’autrefois, les autos antiques et les anciennes motoneiges ne saurait le soustraire à son métier de mécanicien. Il n’envisage aucunement la retraite pour les futures années. "À dix ans, m’a-t-il révélé, sous la surveillance de mon père, je réparais déjà des crevaisons".

Évolution du vélocipède

Tous les progrès technologiques permettent à des gens plus âgés qu’auparavant de pratiquer leur sport favori plus longtemps, plus longuement. Les matériaux de fabrication ont passé de l’acier à l’aluminium, de l’aluminium au fibre de carbone. Les engrenages sont devenus hautement performants, les suspensions et les selles tellement confortables. Somme toute, le vélo est si sécuritaire, d’autant plus que toutes les villes qui repectent leurs citoyens offrent des pistes cyclables presque panoramiques. En 1970, on ne comptait pas beaucoup de personnes âgées qui montaient régulièrement un bicycle. Aujourd’hui, en 2014, des ainés de 85 ans et plus font leur petite balade quotidienne, tôt au printemps et tard en automne. Sur un ton admiratif, Pierre m’a affirmé que l’un de ses plus fidèles clients, âgé de 85 ans, complète chaque saison ses 4000 kms.

Le vélo électrique

Sur deux roues, tout ce qui fut performant au gaz est démodé. Présentement, auprès des adeptes, la cote d’amour est au vélo électrique hybride, au scooter électrique, au tricycle électrique, au cyclomoteur, à la motocyclette. Les plus performants de ces engins possèdent de 36 à 96 volts et peuvent atteindre une étonnante autonomie de 100 kms. Les environnementalistes sont séduits par ces bolides peu énergivores, d’apparence fragile mais d’une grande endurance et d’une forte résistance. Bon cinquantième au Clan Lemay! Depuis toujours vous êtes des êtres d’entregent, de belle courtoisie, de grande habilité, des bâtisseurs qui ont su s’adapter aux changements pour perpétuer leur gagne-pain de tous les jours. Vous êtes des innovateurs qui se sont épargnés de devenir des traditionnalistes vaincus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des