Maire à 85 ans

Par superadmin
Maire à 85 ans
Lucien Mongrain entame sa 36e année de politique municipale.

POLITIQUE. Ne parlez pas à Lucien Mongrain de son possible titre de «plus vieux maire du Québec», il vous répondra qu’il est plutôt un «ancien jeune homme». Il n’en demeure pas moins qu’à 85 ans, il vient d’être réélu à la tête de Trois-Rives pour un dixième mandat consécutif.

«Ça fait 35 ans que je travaille à améliorer la qualité de vie dans mon coin de pays et j »aime encore ça… je continue, tant que la santé est là», laisse-t-il tomber en pleine forme, quelques jours après sa réélection, lui qui avait deux opposants cette année. «Regarder le salon chez nous, ça ne m’intéresse pas.»

C’est donc avec le même enthousiasme qu’il entame sa 36e année en politique municipale, aux côtés notamment de la directrice générale de la municipalité, Nicole Léveillé, qui cumule autant d’années de loyaux services.

«Le secret, c’est le travail», explique-t-il. «Quand tu t’améliores et que tu apportes toujours des idées, les gens le remarquent», poursuit-il. «C’est un fierté pour moi de représenter les gens de Trois-Rives. Ce qui me pousse, c’est qu’il y a beaucoup de petits projets sur la table que je veux continuer de faire avancer avec le conseil.»

Lucien Mongrain avait participé à la fondation de la municipalité de Trois-Rives, auparavant municipalité de Boucher, regroupant les localités de Saint-Joseph-de-Mékinac, Matawin et Grande-Anse. C’est en 1981 qu’il est devenu maire, succédant à Elphège Desrosiers, le tout premier maire. Il n’a plus jamais quitté ses fonctions depuis.

Depuis ses débuts, il se dit particulièrement fier d’avoir travaillé à la reconstruction de la scierie Crête et Fils, à la construction du pont Mékinac, ainsi qu’au développement récréotouristique du lac Mékinac. «Depuis le premier mandat, je n’ai jamais rien promis, mais j’ai toujours avancé.»

Né à Shawinigan en 1932, Lucien Mongrain a travaillé comme garagiste à Matawin, puis aux Calcites et Dolomies de Matawin, avant de poursuivre sa carrière à la scierie Crête et Fils de Saint-Roch-de-Mékinac jusqu’à sa retraite en 1997.

Son territoire situé dans la MRC de Mékinac comprend 467 habitants, nombre qui double en période touristique, répartis sur quelque 675 kilomètres carrés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des