Michel Angers combattif jusqu’au bout

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Michel Angers combattif jusqu’au bout
Michel Angers tente d'obtenir un 4e mandat consécutif comme maire de Shawinigan. (Photo : (Photo L'Hebdo - Bernard Lepage))

ÉLECTIONS.  « Ce que j’ai entendu lors de mes rencontres avec les citoyens au cours des dernières semaines, c’est qu’ils veulent que je poursuive le travail qui a été commencé. Ils veulent de la stabilité, de la continuité. »

À moins de 48 heures de l’ouverture des bureaux de vote, c’est un Michel Angers confiant d’obtenir un 4e mandat qui a dressé le bilan d’une campagne qu’il a décrit comme « belle mais longue » à cause des consignes sanitaires qui y étaient rattachées.

« On s’est fait challenger sur des éléments qui n’ont rien à voir avec une campagne électorale, mais ça fait partie de la game », a-t-il poursuivi, soulignant qu’en incluant sa carrière syndicale,  voilà 35 ans qu’il fait des élections. « Si vous pensez que ça brasse dans une campagne électorale municipale, vous n’avez pas vu celles que j’ai menées dans les grandes organisations syndicales. Je suis rompue à tout ça et j’adore ça », a-t-il lancé, sourire en coin.

Dans une allusion à l’engagement de son adversaire Luc Trudel de négocier avec Québec un statut particulier pour la Ville de Shawinigan, le maire sortant met en garde les électeurs.  « Remettre notre sort dans les mains du gouvernement, que ce soit au niveau économique ou social, c’est impossible. Les programmes sont normés pour tout le monde. Les 178 millions$ en subventions qu’on a été chercher depuis douze ans pour nos infrastructures, c’est dans des programmes normés. C’est grâce à notre volonté et nos gens qu’on y est parvenu. »

Et à ceux qui ont décrit ces dernières semaines Shawinigan comme une ville en déclin et dirigée par des incompétents, Michel Angers avait aussi une réponse. « Je défie n’importe qui d’avoir été dans mes bottines il y a douze ans dans la situation que la Ville était à ce moment-là et de l’emmener où elle se trouve présentement. Il n’y a pas personne qui va me dire qu’il n’y a pas un important travail de redressement qui a été fait dans les douze dernières années », a-t-il lancé.

Dans le même ton, Michel Angers a souligné qu’il n’avait rien à cirer qu’on l’attaque lui, comme individu, mais qu’il ne pouvait rester insensible lorsque c’étaient la Ville et ses employés qui étaient visés. « Qu’on fasse voler en éclat le travail de douze ans dans une campagne, ça vient me chercher », a-t-il reconnu.

Il a rappelé que tous ses engagements dévoilés ces cinq dernières semaines étaient réalisables dans le cadre du budget actuel. « Je suis capable de concrétiser tout ce que j’ai dit durant la campagne parce que c’est moi qui assis dans le siège et qui connaît la réalité de la Ville », a conclu Michel Angers, avant d’ajouter que les fruits du travail réalisé dans le dernier mandat feraient l’objet d’annonces importantes au cours des prochaines semaines. « Vous allez en avoir pour votre argent », a-t-il laissé entrevoir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Roger Gelinas
Roger Gelinas
23 jours

Comment le qualifié autre que menteur ,profiteur de subvention mais où va l argents les citoyens payes toujours plus cher les rues sont comme à Beyrouth,si ont prend au lac à la tortue subventionné à 83 % ,nous étions supposé payé 455$ et anger c est arranger pour 800$ c est du vol ni plus ni moins ou va l argents des subventions ,des négociations avec Allen ,plurithec ,que dû maquillage pour voler les citoyens et il nous fait payé notre asphalte qui est toute fois subventionné,je pense que nous ne voyons jamais les lettres du gouvernement ou des contracteur parce qui nous dit n importe quoi ,que des mensonges ,c est pour cela qui ne veut pas voir le gouvernement dans ses livres ,et lorsque le gouvernement est venue vérifier ses livres il lui ont dit qu il n avais le droit d opéré la ville de cette manière,ect.etc.et encore que des mensonges ,quand il qu il rencontre les citoyens c est seulement sa gang tout est beau quand c est bien graisser

Jean-Guy Trépanier
Jean-Guy Trépanier
23 jours
Répondre à  Roger Gelinas

Faudrait voyager un peu avant de comparer Shawinigan à Beyrouth!!!
Quand on parle de transparence, il faut aller plus loin que les mots: c’est quoi le plan pour offrir les services avec les taxes? Trudel propose une analyse indépendante (encore des frais) mais ne mentionne aucunement ce qu’il ferait avec: plan A? Plan B ? …
Les magouilles, c’est bien plus les grosses compagnies et les syndicats qui se graissent la patte. Faudrait plutôt élire des gouvernements provinciaux qui se donnent les moyens pratiques de contrôler les exploiteurs d’infrastructures.
Chialer et faire de la cabale anti-anti-anti, c’est toujours plus facile que de faire des propositions constructives.

Claude Gélibnas
Claude Gélibnas
23 jours
Répondre à  Roger Gelinas

Monsieur Gélinas (de votre nom fictif). Vos accusations sont tellement grossières et sans fondement que vous vous discréditez vous-même. Pas besoin d’argumenter. Lorsque les gens vont vous lire il vont être rapidement convaincu que vous êtes en plein délire. Vous en mettez tellement épais que monsieur Angers devrait vous remercier de l’aider dans sa campagne électorale. Vous devriez peut-être déménager à Beyrouth.

Jean Trudel Gélinas
Jean Trudel Gélinas
23 jours
Répondre à  Roger Gelinas

Celui qui signe ici « Roger Gélinas » est en vérité « Jean Trudel » un super TROLL qui en a beaucoup contre Michel Angers. Il est aussi membre du fan club de Luc Trudel, ce que monsieur Trudel n’est pas trop fier.

Mireille d'Arc
Mireille d'Arc
22 jours
Répondre à  Roger Gelinas

Roger Gélinas c’est Jean Trudel voir l’autre article à la même heure pour Luc Trudel. Cela s’appelle un Troll!