Motoneige : le casse-tête des droits de passages

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Motoneige : le casse-tête des droits de passages
Motoneige (Photo : Facebook)

MOTONEIGE. Suite à des événements survenus à l’automne dernier alors que des personnes ont jeté des déchets sur un terrain privé, les propriétaires du terrain avaient refusé le droit de passage des motoneiges sur leur terrain du rang St-Mathieu qui permet de relier un sentier provincial au centre-ville de Shawinigan. Le vendredi17 janvier dernier, une entente d’une saison est intervenue entre les propriétaires et le Club de Motos neige de la Mauricie.

Pour le responsable des communications du Club, Michel Lebrun, il s’agit d’un soulagement pour les quelque 1600 membres du club, et aussi pour le secteur économique de cette industrie qui apporte des millions de dollars dans la région chaque année.

«Nous devons faire des demandes pour plus de 700 droits de passage sur des propriétés privées sur près 300 kilomètres de sentier. Il y a des droits de passage qu’on négocie annuellement, et la plupart ce sont des contrats de cinq ans. On doit négocier environ une centaine de droits de passage chaque année», explique M. Lebrun.

«Quand il survient une situation comme lors des dernières semaines, il faut renégocier. Mais si le propriétaire ne veut pas, c’est son droit. Il faut alors trouver un autre endroit pour relier le sentier existant, ce qui n’est pas toujours évident. Pour le cas présent, si le monsieur avait refusé, on n’avait plus d’accès. Nous avons le droit de passage pour un an, mais pour l’an prochain il faudra s’assoir avec les intervenants pour trouver un autre accès. C’est un travail de longue haleine parce qu’il faut rencontrer tous les propriétaires concernés, négocier avec chacun d’eux, et c’est un travail bénévole. Je suis un motoneigiste et à date je n’en ai pas fait. C’est assez enrageant de voir que ce sont des individus qui n’ont aucun lien avec le club qui vont jeter leurs déchets. Mais nous avons aussi des motoneigistes qui n’ont pas de carte d’accès aux sentiers, mais ils se promènent quand même et sortent des sentiers. Le propriétaire qui donne un droit de passage sur son terrain est pour une section précise. Mais quand il voit que ce n’est pas respecté, il se tourne vers nous et refuse le droit de passage. Ça met notre sport en péril», ajoute-t-il.

M. Lebrun souligne les retombées économiques importantes pour la région. «Il y a énormément de motoneigistes qui séjournent dans les hôtels et les auberges. Les retombées économiques pour la province sont évaluées à 3 milliards de dollars, pour la Mauricie on peut avancer le chiffre de 30 M$, c’est beaucoup!»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des