Accusé d’agression sexuelle: Harold LeBel est de retour à l’Assemblée nationale

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne
Accusé d’agression sexuelle: Harold LeBel est de retour à l’Assemblée nationale

QUÉBEC — Accusé d’agression sexuelle, le député de Rimouski, Harold LeBel, est de retour à l’Assemblée nationale.

Il n’avait pas mis les pieds au parlement depuis la mi-décembre 2020, alors qu’on apprenait qu’il devait faire face à une accusation d’agression sexuelle, relativement à des événements survenus en octobre 2017.

Mercredi, il s’est levé en Chambre pour commenter le discours sur le budget 2022-2023 déposé par le ministre des Finances, Eric Girard, la semaine précédente. Dans sa déclaration, il a pris la défense des aînés vulnérables et réclamé notamment la tenue d’un sommet destiné à mieux s’occuper d’eux, dans un contexte de vieillissement accéléré de la population. 

Il avait été arrêté par la Sûreté du Québec le 15 décembre 2020, puis accusé d’agression sexuelle. Comme lui, la présumée victime oeuvrait dans le milieu politique, mais son identité ne peut pas être dévoilée, par ordre de la cour. Aucune information ne doit permettre de l’identifier.

L’homme de 59 ans est toujours en attente de son procès, qui devrait avoir lieu cet automne. Il a toujours proclamé son innocence et a choisi un procès devant juge et jury. Il sera de retour en cour le 4 avril pour connaître la date du début de son procès.

Militant souverainiste depuis toujours, élu sous la bannière péquiste en 2014 et réélu en 2018, M. LeBel a été chassé du caucus du Parti québécois (PQ) par son chef Paul St-Pierre Plamondon dès que l’accusation a été rendue publique. Il siège depuis à titre de député indépendant, se concentrant surtout sur son travail de terrain, dans sa circonscription, loin du parlement.

Il a annoncé au début du mois de mars qu’il ne serait pas candidat aux prochaines élections du 3 octobre, compte tenu que la campagne électorale risque fort d’avoir lieu en même temps que son procès.

«Ça me force également à prendre la décision de renoncer à ma volonté de demander à la population un troisième mandat comme député de Rimouski à l’Assemblée nationale, une fonction si précieuse à mes yeux, si chère pour moi. Je ne serai pas candidat aux prochaines élections générales au Québec et ça me déçoit profondément. Je serai clair: il n’y a aucun lien entre cette décision et une potentielle présomption quant à l’issue de cette affaire», déclarait-il le 3 mars, en annonçant, à contrecoeur, qu’il mettrait un terme à sa carrière politique à la fin du présent mandat.

Rien n’empêche un élu de siéger à l’Assemblée nationale même s’il fait l’objet d’accusations criminelles. Jusqu’à la fin de la session parlementaire, le 10 juin, il aura droit à trois questions et une déclaration en Chambre par cycle de 10 séances.

Il n’a pas donné suite à une demande d’entrevue.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires