Parade pour protester ce dimanche

Parade pour protester ce dimanche
Luc Trudel (Photo : Hebdo Patrick Vaillancourt)

SHAWINIGAN.  Des citoyens, dont le candidat à la mairie de Shawinigan Luc Trudel lors des dernières élections municipales, ont tenu un point de presse par un temps glacial dans le stationnement de l’église du secteur Lac-à-la-Tortue pour dénoncer le manque de transparence de l’administration municipale.

Tout comme lors de sa campagne électorale, Luc Trudel a pointé le maire Michel Angers qui agit selon lui dans le grand secret et cache des informations à la population concernant la problématique de l’usine de traitement de l’eau potable du Lac-à-la-Pêche.

Le comité demande au conseil municipal de rendre publics les documents se rapportant au dossier. « Considérant les nombreuses omissions, les fausses informations ainsi que les commentaires irresponsables du maire de la Ville depuis les derniers mois, la population doit avoir accès aux documents et informations, tous payés par nos taxes. On a le droit de savoir ce qui se passe « . 

M. Trudel dénonce la culture du secret de l’administration Angers. « Il a gaspillé plus de 45 millions $ jusqu’à maintenant. Plus de 30 000 personnes seront privées d’eau potable pendant 2, 4 ou 6 ans. Chaque résidence paye 200$ par année pour un service qui n’est pas livré en plus de 50 $ par mois pour l’achat d’eau embouteillée. On n’a pas d’argent supplémentaire à gaspiller. » 

Pour André Berthiaume, les citoyens doivent obtenir des réponses élémentaires aux questions suivantes : Quelles sont les conditions et les délais pour que cesse l’avis d’ébullition? Quels sont les scénarios envisagés, leur échéancier et leurs coûts ? Quelles autorisations gouvernementales sont requises? Quand les demandes seront acheminées à Québec? Quelle peut-être l’aide financière possible?

Lynn Gravel souhaite que la population se mobilise pour signifier au maire son insatisfaction. « Nous voulons que la population se fasse entendre et qu’elle soit informée. La machine à rumeur s’emballe. On entend parler de construction d’usine au sable et de bassins de décantation autour du Lac-Perchaude. On veut savoir ce qui se trame en coulisses, c’est la moindre des choses. » 

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, les assemblées et manifestations ne sont pas possibles. C’est donc par une parade d’auto qui aura lieu ce dimanche que la population pourra s’exprimer. Le départ sera donné à 14 heures à la place Biermans et un circuit amènera le convoi jusqu’à l’hôtel de ville. « C’est un début. Il y aura d’autres moyens d’action qui vont suivre. Pour l’instant, on est une petite équipe d’une dizaine de personnes. Toute contribution d’autres bénévoles sera bienvenue. C’est un dossier majeur. » 

Elle espère que la situation sanitaire permettra la tenue d’une assemblée d’information le plus tôt possible avec la Ville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Cournoyer MBA
Claude Cournoyer MBA
5 jours

Mon défunt père disait que dans la vie, il n’est jamais trop tard pur bien faire! C’est un pas dans la bonne direction, la transparence est de plus en plus indispensable dans une démocratie. Les décisions, ou hésitations derrière des portes closes sont d’une autre époque, et le gens en ont ras-le-bol, voila! La vielle expression, seulement la roue qui fait du bruit reçoit de l’huile, donc, le bruit de la population finira par faire son effet un jour ou l’autre!

Claude Cournoyer MBA
Claude Cournoyer MBA
4 jours

En passant, j’étais aussi la hier pour la parade, j’ai même pris la parole, après que tous les intervenants aient fait de même. Un des organisateurs a même voulu m’empêcher de prendre la parole! À ce que je sache, on est dans un pays libre! Bravo aux gens, depuis les élections, des gens me mentionnent encore leurs insatisfactions, je leur demande, avez-vous voté le 7 novembre dernier? Lorsqu’ils me répondent que non, je leur demande avez-vous une raison valable pur cela? Lorsqu’ils me disent non, je leur répond qu’ils ont perdu leur droit de chialer pendant quatre ans, point final!