Plus de 15 M$ investis au profit de l’avenir

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Plus de 15 M$ investis au profit de l’avenir
Le hall d'entrée du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins Shawinigan. (Photo : (Photo l'Hebdo du St-Maurice Patrick Vaillancourt))

ÉCONOMIE. Le Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins Shawinigan (CEADS) a bien évolué depuis son inauguration à l’automne 2012. Pas moins de 15 167 218$ ont été investis pour la reconversion de l’ancienne usine de coton et le retour sur l’investissement devrait être complet d’ici la fin de l’année.

Mais d’où vient l’idée de reconvertir cette bâtisse construite en 1910 pour en faire une véritable fourmilière d’idées et d’entrepreneurs? «Au printemps 2007, une mission a été organisée en France et en Belgique par le Conseil régional de l’économie sociale, et à ce moment, le conseil était présidé par Michel Angers qui n’était pas maire à l’époque, mais impliqué à la CSN. Des élus et des intervenants économiques étaient aussi invités pour voir l’impact d’initiatives réalisées là-bas pour l’économie sociale», explique le directeur de la Division économique de Shawinigan, Luc Arvisais.

La Belgique avait été avant-gardiste avec des initiatives de création de coopératives et d’organismes à but non lucratif. Notamment à Charleroi, une ancienne usine de charbon avait été réhabilitée pour en faire un centre d’entrepreneuriat en économie sociale. «Quand on a vu la structure du bâtiment, ça nous a rappelé l’ancienne Wabasso. L’idée a germé, mais elle est restée en dormance jusqu’à ce que Michel Angers arrive à la mairie en 2009», ajoute Luc Arvisais, qui était de la délégation.

Des études ont été réalisées en 2009 afin d’analyser la structure de la bâtisse et elle était saine. «En parallèle, la Belgo venait de fermer, le comité de diversification s’est mis en place en 2008, la communauté entrepreneuriale a débuté en 2010, le timing était là», affirme M. Arvisais.

Puis, la Ville, par l’entremise de la Société de développement de Shawinigan (SDS), a acheté la bâtisse en 2010 pour procéder à la transformation des lieux. «L’immeuble est énorme, et on ne pouvait pas le transformer au complet au départ. Il fallait y aller par étape parce que tout était à faire. Le toit était à refaire au complet, le stationnement n’existait pas, il n’y avait pas de fenêtres, il fallait nettoyer et réparer l’enveloppe extérieure…», explique le directeur.

C’est en 2012 que la coopérative du CEADS est créée et que la «nouvelle» bâtisse est inaugurée.

Les premiers balbutiements du CEADS

Au moment de l’inauguration, rien n’avait été fait comme travaux au deuxième étage. Il n’y avait que la partie du bas qui était exploitée. On retrouvait l’usine du Trou du diable, à l’accueil il y avait la section «Lancement d’une entreprise» du Carrefour de formation Mauricie et des bureaux pour le directeur général, qui était Daniel Béliveau à l’époque.

C’est en 2014 que le DigiHub a été inauguré au deuxième étage et que les premiers incubés du CEADS se sont établis.

Nombre d’entreprises au Centre d’entrepreneuriat et au DigiHub

2014: 6

2015: 36

2016: 51

2017: 64

Les investissements

Du montant total de 15,167 M$ qui a été investi pour la reconversion de l’immeuble, environ 13 M$ provient de la Ville via la SDS, une somme de 1 M$ provient du Fonds Rio Tinto Alcan, et 1,549 M$ d’Investissement Québec.

«Les premières retombées économiques d’un projet comme celui-là sont les emplois et les entreprises qui sont créées ici. Les revenus proviennent des baux de location signés par les entreprises incubées», exprime Luc Arvisais.

Le maire Michel Angers a indiqué à l’Hebdo que la Ville allait voir le retour sur les investissements financiers à la fin de la présente année.

Fonctionnement

Une entreprise incubée au CEADS peut y rester pour une période de 5 ans. Il y a un suivi périodique par la suite par un comité.

«L’avantage d’être incubée ici, pour une entreprise, est qu’il y a un suivi, et que le prix du loyer est moins cher en sachant que les cinq premières années sont critiques. D’ici deux ans, on va devoir regarder avec des entreprises incubées qui arrivent à terme pour voir comment on peut les aider à se relocaliser. Présentement, le CEADS est presque plein. Ces baux de 5 ans nous aident à pouvoir effectuer un roulement à long terme», ajoute Luc Arvisais.

Le Centre d’entrepreneuriat c’est…

67 entreprises

13 organisations

255 emplois

L’ancienne usine Wabasso

-Bâtisse construite en 1910

-Agrandissement par les extrémités dans les années 1920

-Opération de filature de coton jusqu’en 1985

-Achat de la bâtisse par un propriétaire privé en 1985

(marché aux puces, salon de quilles)

-La bâtisse devient un lien d’entreposage dans les années 1990

-Arrêt des activités dans les années 2000

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires