Plus de 500 jeunes retrouvent leur place au soleil

Photo de Sandra Lacroix
Par Sandra Lacroix

Pour des jeunes parents, souvent des mères monoparentales, il n’est jamais évident d’effectuer un retour sur les bancs d’école et de terminer ses études. C’est pourtant ce qu’ont fait 508 parents de la région dans les 10 dernières années, par l’entremise du programme Ma place au soleil.

À l’occasion du 10e anniversaire de ce programme, la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Julie Boulet, explique qu’Emploi-Québec a investi un total de 390 000$ en faveur de la conciliation études et famille en Mauricie depuis 10 ans pour de la formation, de même qu’une aide estimée à 3 millions$ en soutien aux participants.

Concrètement, la mesure Ma place au soleil offre la possibilité aux jeunes parents de terminer leurs études secondaires pour se diriger ensuite vers la formation professionnelle ou technique. En général, le centre d’éducation des adultes les accueille. L’obtention d’un diplôme d’études leur permet ainsi d’intégrer le marché du travail dans des emplois en demande.

Les participants sont encadrés tout au long de leurs démarches, que ce soit au niveau du centre de la petite enfance, du Centre de santé et de services sociaux (CSSS), du Centre local d’emploi, etc. Dans la région, des équipes locales mettent leurs ressources respectives à la disposition des jeunes participants (développement des compétences parentales, gardiennage, accès au transport et entraide).

Des exemples de détermination

Julie Levasseur participe présentement à la mesure Ma place au soleil. Âgée de 33 ans et mère monoparentale de deux enfants, elle a entrepris un retour aux études il y a trois ans. En juin prochain, elle complètera fièrement son secondaire 5. À l’automne 2012, elle entamera un cours en soins infirmiers au Collège Shawinigan. Pour sa part, Sophie Dancause est une ancienne participante à Ma place au soleil. Également mère monoparentale de deux jeunes enfants, elle a bénéficié du support de cette mesure pour terminer ses études secondaires et entreprendre un diplôme en soins infirmiers. Elle occupe aujourd’hui un emploi d’infirmière à temps plein en chirurgie en plus d’enseigner aux futures infirmières auxiliaires en formation professionnelle. Elle poursuit également des études au baccalauréat en soins infirmiers. Pour ces deux femmes, la persévérance et le soutien du programme ont permis de retrouver la confiance en soi et de reprendre leur parcours scolaire là où elles l’avaient arrêté.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des